Séminaire : Administrer par l’écrit [1] du 11 janvier 2016 : Les comptabilités de cours aux époques médiévales et modernes

Séminaire Administrer par l’écrit [1] du 11 janvier 2016 : « Les comptabilités de cours aux époques médiévales et modernes »

Introduction par Isabelle Bretthauer

Le séminaire « Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne » est issu d’une journée d’étude organisée les 30 et 31 janvier 2015 par le Lamop (Paris I) et Dypac (Université Versailles-Saint-Quentin) sous l’impulsion de Laurent Feller et Pierre Chastang. C’est un projet mutualisé rassemblant des enseignants-chercheurs et des chercheurs du Lamop, du Centre Jean Mabillon (Ecole des chartes), DYPAC, et de l’IRHT, avec le soutien des Archives nationales, qui souhaitent que des doctorants et des étudiants de master se rassemblent autour de travaux sur l’écrit principalement du Nord de la France (Ile-de-France et Paris) avec des comparaisons à partir d’exemples venus d’autres horizons géographiques. Il s’agit de comparer sur le long terme les usages que les gens du Moyen Âge et de l’époque moderne faisaient de l’écrit pour gérer leurs terres et contrôler les hommes. En bref, comment utilisaient-ils les outils scripturaux ? Il s’agit de mettre en évidence l’évolution des outils, la mise en place des documents et de leur typologie. Comment ces documents ont-ils été produits et utilisés ?

Cette année, trois séances de séminaire sont prévues :

  • Le 11 janvier 2016 est consacré aux comptabilités de cours ;
  • Le 12 février 2016, aux offices centraux et aux registres de chancellerie pour comprendre comment fonctionnent le passage à l’écrit et la transmission de l’information au niveau des services centraux ;
  • Le 16 mars 2016, aux comptabilités marchandes.

Enfin, le 1er juin 2016, une journée d’étude conclusive s’intéressera aux documents écrits comme documents d’archives, à la manière d’une histoire l’archivistique, en questionnant l’ensemble de la documentation qui a permis aux hommes du Moyen Âge et de l’époque moderne de gérer les archives.

Le séminaire est résolument trans-périodique, puisque ce qui se crée au Moyen Âge trouve sa plénitude à l’époque moderne : cette caractéristique est un point important sur lequel nous insisterons pour chaque séance de séminaire. Mettre les évolutions en perspective sur le très long terme permettra de comprendre des évolutions ou des infléchissements dans les rapports des contemporains à l’écrit.

Bruno Laurioux, professeur d’histoire médiévale (DYPAC/UVSQ), « Entre cour et jardin : les comptes alimentaires des maisons royales, princières et seigneuriales entre XIIe et XVe siècle »

Bruno Laurioux signale en premier lieu sa dette envers la thèse de Yann Morel sur les pratiques alimentaires de la cour de Bourgogne soutenue en janvier 2015 (Approvisionner, nourrir, représenter. L’alimentation à la cour des ducs de Bourgogne d’après les écrous de la dépense (1450-1477), 2 vol., Université de Versailles-Saint-Quentin, 2015). Le titre en est ambitieux, puisque les maisons seigneuriales ne seront que peu évoquées. L’expression « Entre cour et jardin » rappelle que les comptes permettent d’aborder l’alimentation du côté de la production et de la consommation.

État des lieux sur la comptabilité de cour et les orientations

Les comptes curiaux du Moyen Âge : un « bel embarras de richesse » ?

Y a-t-il réellement abondance de sources ? Elles sont majoritairement issues des cours de Bourgogne, de Savoie (dès 1260), Aragon, Angleterre (sur ces documents, voir Paravicini et l’état des archives de Bautier et Sornay). Ces comptabilités de cours ont suscité un intérêt fort ancien, comme on peut le constater avec les travaux de Louis-Claude Douët d’Arcq (1808-1883) qui a un certain goût pour les pièces curieuses du milieu du Moyen Âge et a publié des comptes de l’hôtel et de l’argenterie du roi pour les xive et xve siècles, ainsi qu’une édition scientifique de recettes de cuisine (publiée dans les années 1860) avec un appendice contenant des extraits de comptes (notamment ceux de la Sainte-Chapelle et du prieur de Saint-Martin-des-Champs). Mais l’intérêt pour ces comptes de bouche apparaît plus comme une curiosité éclairée et L. Douët d’Arcq n’a pas abouti à un travail général sur l’alimentation. Des polygraphes se sont emparés du thème de l’alimentation de manière peu scientifique en fondant leurs travaux sur des sources narratives ou normatives sans utiliser les sources d’archives. Pourtant les savants et érudits avaient conscience de l’importance des archives comptables pour leurs travaux, comme on peut le voir avec le colonel Borrelli de Serres (Recherches sur divers services publics du xiiie au xviie siècle, Paris, 1895-1909, 3 vol.), qui recourt de façon à la fois exhaustive et précise aux comptabilités et documents de la pratique, mais dans la perspective positiviste qui marque les travaux des chercheurs du début du xxe siècle.

En ce qui concerne les archives de la cour de Bourgogne, le premier à porter son regard sur ces documents est Louis-Prosper Garchard (1800-1885) (Inventaire des archives des Chambres des comptes, précédé d’une notice historique sur ces anciennes institutions, Bruxelles, 1837-1879, 5 vol.) : il étudie la naissance de la Belgique avec la mise en place des archives de Bruxelles. Dans son ouvrage, il note que les comptes et les quittances sont les premiers documents à être détruits, ne serait-ce que parce que leur valeur est limitée dans le temps. De même, il arrive à reconstituer les moments de grandes déperditions des archives de Belgique et du Nord de la France (notamment au moment de la Révolution française). Il examine les comptes des princes, des seigneurs, des chapitres et des monastères à la recherche d’indications des objets qui servaient à l’ameublement, au vêtement, à la nourriture avec l’idée que les « comptes ne mentent jamais » : il considère les comptes comme des documents à l’authenticité garantie.

Par la suite, les comptes apparaissent comme une des bases documentaires de l’approche socio-économique du monde médiéval et des conditions de vie des « masses » (dans l’approche historiographique lancée par l’École des Annales jusque dans les années 1960-1970). Dans cette perspective, les comptes de cours sont un peu laissés de côté par les recherches, puisque l’on s’intéresse à l’alimentation « des masses », du « peuple », et non des « grands » : ainsi Louis Stouff, qui a travaillé sur l’alimentation et le marché de l’approvisionnement alimentaire en Provence, n’utilise pas les comptes des cours des ducs d’Anjou, de Provence, de Savoie, dans ces recherches, alors qu’il connaît, assurément, leur existence (puisqu’il les utilise ponctuellement). Pourtant, au même moment, les historiens, notamment espagnols, ont déjà lancé un vrai courant historiographique autour de l’histoire de l’alimentation, en utilisant l’ensemble des sources disponibles. En France, les comptes d’établissements religieux sont utilisés pour ce genre d’études (colloque de Nice : « Manger et boire au Moyen Âge » organisé en 1982).

Depuis les années 1980-1990, l’histoire culturelle de l’alimentation se développe. Si les comptabilités de cour ont été utilisées pour des travaux sur l’alimentation lors du colloque de Lerida, en France, en revanche, les chercheurs travaillent plus volontiers sur les sources prescriptives (recueils de recettes). Depuis le début des années 2000, de nouvelles approches se sont manifestées, à partir des historiens anglais et espagnols, avec une suite de thèses comme celles de Pauline Moirez (2002) et de Yann Morel (2015).

La question qui pourrait se poser est : pourquoi reprendre, maintenant, ce sujet ? Actuellement, il y a une floraison de nouveaux travaux. De même, de l’autre côté, les comptabilités connaissent un regain d’intérêt (revue Comptabilité(S), revue d’histoire des comptabilités, P. Beck dir.)

Qu’est-ce qu’un compte alimentaire ?

Rares sont les comptes qui ne comportent aucune référence à l’alimentation. Tout agent d’une administration curiale en déplacement se fait rembourser ses frais de déplacement et ses frais de bouche, comme on peut le voir avec les dépenses du sénéchal de Beaucaire, Agout de Baux, député à la cour d’Avignon, en décembre 1340 (BNF, fr. 20978, ex-Gaignières).

Bruno Laurioux signale cependant la différence entre une comptabilité de cours qui mentionne de telles dépenses et un « vrai compte alimentaire », constitué dans l’idée de faire un menu, un repas. Les comptes alimentaires renvoient, en tout cas, aux services généraux comptables (chambre aux deniers, par exemple) ou aux officiers de bouche (paneterie, etc.).

Reste patente la question des comptabilités de cour et de la codicologie comptable (cf. éditorial du premier numéro de la revue Comptabilité(S), P. Beck). Plusieurs éléments ont été mis en évidence, notamment la notion de chaîne comptable. Il ne faut pas oublier que tout n’a pas été conservé.

Une production comptable et foisonnante

Le volume des comptes

Elle est foisonnante dans son volume : environ 200 comptes d’hôtel aristocratiques et privés sont recensés en Angleterre pour une période courant entre peu avant 1200 et 1500, ce qui est probablement peu par rapport à ce qui a été produit (cf. C. M. Woolgar, Household Accounts from Medieval England, 2 vol., 1992-1993 et The great Household in Late Medieval England, 1999). Il attribue à la cour de Bourgogne 10.000 comptes mais il considère en fait chaque écrou comme un compte.

La chronologie des comptes

Pour Bruno Laurioux, les premiers comptes apparaissent en Catalogne et en Angleterre vers le milieu du XIIe siècle (respectivement 1156 et 1168-1202, 1225-1226 pour le premier compte royal). Les premiers comptes alimentaires de la cour de France datent des années 1220-1230 (1227, compte d’approvisionnement en vin, en blé, etc. ; 1231-1239, premiers comptes de l’hôtel des rois de France), comme pour la cour des Plantagenêt (voir les comptes de la chevalerie des frères de Louis IX). Pour les papes, la réforme date du début du XIVe siècle seulement avec la création des Grands Livres de la chambre apostolique qui deviennent des livres de gestion totale (en 1316, voir les travaux de V. Theis).

La typologie des comptes

Elle est foisonnante par sa typologie et son mode d’organisation qui peut être chronologique ou méthodique, par offices producteurs, par organismes de gestion de l’hôtel par chambres des comptes ou même par fournisseurs.

Bruno Laurioux revient ensuite sur la notion de chaîne comptable. Borrelli de Serres (1904) l’avait développé mais avec la perspective du comptable. En comparant les documents différents, venant de plusieurs cours différentes, on peut tenter d’évaluer le nombre de documents qui restent par rapport à la production et de reconstituer la chaîne comptable dans son organisation théorique. C’est ce que fait Etienne Anheim pour la cour pontificale dans : « La normalisation des procédures d’enregistrement comptable sous Jean XXII et Benoît XII (1316-1342)  et c’est ce que fait Yann Morel pour l’hôtel des ducs de Bourgogne. B. Laurioux, reprenant Y. Morel, signale la différence d’organisation entre la comptabilité de la cour pontificale et de la cour de Bourgogne. On remarque une grande diversité comptable à la cour de Bourgogne : on trouve des écrous de dépense et écrous de gage, c’est-à-dire les comptes quotidiens des six offices signés par les maître d’hôtel en service (ces comptes peuvent être très nombreux, peut-être jusqu’à 500 000 pour la cour de Bourgogne selon une estimation de Paravicini). Il y en a des milliers aux Archives départementales de la Côte d’Or et du Nord. Yann Morel a utilisé 2 500 écrous. Les écrous se font sous la direction du maître d’hôtel, du maître de la Chambre aux deniers, du contrôleur des dépenses avec l’aide de deux clercs d’office (cf. Olivier de La Marche). Les écrous journaliers sont des grosses établies avec parfois du retard à partir de minutes en papier. Cette chaîne comptable est régie par plusieurs ordonnances.

Les écrous de l’hôtel étaient corrigés (sommes et calculs intermédiaires, mentions de vérifications par le contrôleur des dépenses). Ces mentions sont faites à des moments différents lors de différents contrôles dont les traces se trouvent sur les écrous. Ce sont des récapitulatifs journaliers ou mensuels. Pour l’historien de l’alimentation, l’important se trouve dans les documents préparatoires (cahiers de papier dont il ne reste aucune trace sauf dans les comptes) et dans les comptes intermédiaires (épices ou vins, c’est-à-dire les éléments stockés). On sait également que la chancellerie utilisait des tailles (mention dans les ordonnances de réglementation du fonctionnement de la chancellerie).

Qu’en est-il des comptes spécialisés à la cour de France (Cf. Pauline Moirez, Les offices de bouche à l’Hôtel du roi de France de Philippe VI à Charles VI (1328-1422), 2002) ? Le premier « compte alimentaire » de la cour royale date des années 1230. On a les comptes de fournisseurs de la cuisine (1349-1350) (BNF, ms. fr. 6760) ; celui du sénéchal de Beaucaire, ambassadeur à la cour d’Avignon ; des comptes sur tablettes de cire (cf. E. Lalou). Par la suite (xve siècle), ces comptes se standardisent et leur contenu devient finalement moins précis quant à la question de l’alimentation. L’historien se retrouve alors devant l’océan des nombreuses pièces justificatives, c’est-à-dire toutes les pièces à l’appui : puisque pour rembourser des frais en 1378, il faut trois opérations : un mandement du roi, une cédule (mandement des agents de la chambre), une quittance (BNF, ms. fr. 20415, f. 27). Ces trois étapes documentaires sont les seules identifiées pour le moment, mais on peut s’interroger sur ce nombre.

Matérialité et supports

Concernant la codicologie comptable (matérialité), il faut s’intéresser au support :

  • tablettes de cire de Jean Sarrazin (1256-1257) ;
  • parchemin (les écrous de Bourgogne sont par exemple sur parchemin, mais un mauvais parchemin selon Y. Morel, avec des défauts que l’on contourne, d’une préparation sommaire) ;
  • papier de plus en plus utilisé (cf. série des comptes de l’Hôtel) mais dans une évolution qu’il reste à éclaircir.

Il faut également s’arrêter sur la forme de ces comptes. Le rouleau est la forme traditionnelle des écritures en liste, c’est le cas du rôle des dépenses du sénéchal de Beaucaire, 1340 (BNF, ms. fr. 20978). On trouve également des registres / cahiers. B. Laurioux s’interroge sur le statut à accorder aux écrous (dont on a dit qu’il s’agissait de morceaux de parchemin plus ou moins bien préparés) : peut-on les identifier comme des rouleaux ? C’est la définition qu’il ressort des ordonnances des ducs de Bourgogne de 1352 ainsi que sous Charles de Bourgogne dit le Hardi (vers le milieu du xve siècle) : les écrous sont des rôles de parchemin, signé en haut et en bas. Cependant, les écrous de Bourgogne sont conservés à plat et ne sont pas cousus les uns aux autres. L’écrou serait-il une cédule ? Une bande de parchemin ? Utilisant le glossaire de latin-français de la fin du xive siècle de Montpellier, B. Laurioux s’interroge : le terme d’« écrou » vient-il de scroffa (truie), de scroda ? En fait, il vient du terme scrutum utilisé à la fin du xiie siècle pour désigner un morceau d’étoffe (dans une Bible versifiée). La dernière étymologie est la plus probable. Cela devient un morceau de parchemin, une cédule. Ce mot connaît en fait la même évolution linguistique que le mot « liste » (bordure ou bande d’étoffe). Le terme « écrou » désigne plus tard le processus d’enregistrement des prisonniers.

D’un point de vue matériel, les écrous sont plus ou moins grands selon l’importance du seigneur et de son hôtel : les longueurs vont du simple au double, souvent en lien avec la nécessité du compte ; les largeurs s’étendent entre 130 et 190 mm. Ces dimensions prouvent que les écrous ne sont pas écrits sur des chutes de parchemin (surtout qu’il existe des mentions d’achats de parchemin spécifiquement pour la rédaction des écrous). Les écrous de grande taille sont copiés sur des peaux complètes. A la cour de Bourgogne, au xve siècle, leur mise en page est soignée avec une marge supérieure importante et une marge à gauche. L’en-tête comporte la date et le lieu. Les paragraphes sont découpés selon les six offices de la maison ducale. Chaque partie du texte est individualisée avec un titre. Cette standardisation suppose une préparation préalable. Les écrous peuvent donc être préparés à l’avance, a priori.

« Ce sont écrits que temps emporte » : le cas des écrous

Un modèle commun ?

Les écrous sont-ils un modèle commun à toutes les cours princières ou une spécificité bourguignonne ? Le plus ancien écrou pour l’alimentation date de 1371 (Archives départementales de la Côte-d’Or). Les ducs de Bourgogne ont-ils tout inventé ou ont-ils repris ce système des derniers ducs capétiens de Bourgogne ? Cette dernière hypothèse ne semble pas valable non plus, puisque il n’y a aucun document de ce genre au moment de l’administration par les ducs capétiens. Une dernière hypothèse est celle de l’importation de la cour de France : cette pratique existait à la Cour de France et dans les cours apparentées (Philippe Contamine a édité un formulaire de chancellerie française du début du xve siècle faisant état de modèle pour les écrous). Des écrous en provenance d’autres cours françaises sont conservés : 266 pièces pour la cour de France des années 1460-1721 aux Archives nationales, ainsi que 48 spécimens du xvie siècle. Quelques dizaines de pièces viennent de la cour des Orléans (BNF) ou encore de la cour de Blois (collection Joursanvault). Les écrous de la cour de Bourgogne ne sont pas donc pas spécifiques à la cour de Bourgogne…

Que sont les écrous devenus ?

Il y a eu des pertes considérables. Même pour la Bourgogne, il y a une grande variation du nombre de pièces conservées suivant les années. D’après les calculs de Yann Morel, les pièces conservées représenteraient 10 % de la production. Les séries ne sont pas complètes : pour les années 1450-1477, trois années ont conservé 1/5e des dépenses. Les fragments sont répartis de manière aléatoire selon les règnes. Pour la cour royale, les pertes sont considérables.

Quelles sont les explications de ces pertes ? Il y a des causes structurelles : les écrous ont été détruits après l’établissement de pièces récapitulatives ; des causes conjoncturelles, notamment les pertes liées aux destructions de la Révolution française (des parchemins ont été utilisés pour faire des gargousses). Parmi les autres causes, on trouve également les vols des érudits et l’incendie de la Chambre des comptes.

Pour la cour de Bourgogne, l’archivage des écrous a été soigneux dès le xve siècle. On trouve des traces de pratiques archivistiques sur ces documents : des trous ont été faits dans la marge haute pour faire passer un lien pour relier ensemble plusieurs écrous. A cause de ces perforations, certains écrous sont déchirés dans leur partie haute. On trouve également des mentions dorsales qui contiennent la date (mois-année) et la somme totale des écrous : grâce à ces mentions, B. Laurioux peut affirmer que ces rôles étaient réunis par liasses mensuelles, ce qui explique la concentration de la conservation d’écrous sur certaines périodes (on a conservé des liasses entières). L’utilisation du verso montre que les écrous n’ont pas été mis en rouleaux, mais qu’ils étaient conservés pliés.

Les écrous étaient destinés à être gardés sur une durée longue. Pourquoi ? Quels étaient leurs usages ? Selon Yann Morel, il s’agit d’abord un usage immédiat pour établir un récapitulatif mensuel des dépenses. Au moment de la clôture de l’année comptable, les écrous servaient de pièces justificatives permettant d’évaluer l’activité. Ils restent ensuite dans les archives. Pourquoi ? Comment ? Les pièces antérieures ont disparu (cahiers, comptes récapitulatifs sommaires). Les écrous peuvent servir de preuve en cas de réclamation. On trouve des traces de consultation en vue d’effectuer des paiements à des grossistes et des fournisseurs. Ils conservent la trace de ce qui a permis de ravitailler hôtel et servent ainsi d’aide-mémoire (pour faire des économies, pour avoir un historique des dépenses de l’hôtel) : certains écrous portent des mentions de paiement aux fournisseurs. Pourquoi ont-ils été conservés à long terme ? Est-ce un signe de l’inertie de cette institution ? La volonté de conserver des archives bien ordonnées afin de construire une sorte de mémoire institutionnelle ? La volonté de montrer la compétence des membres des archives ? Un lieu de mémoire ?

Quels sont les apports pour l’histoire de l’alimentation ?

Les comptes sont riches en informations alimentaires, notamment les comptes des banquets donnés à des ambassadeurs (banquet de Louis II de la Trémoille pour les ambassadeurs anglais en 1519, Archives nationales, 1 AP). cf. les comptes des noces de Charles le téméraire (1468), cf. le compte pour le Carnaval par le pape en 1466. On peut observer une continuité des usages documentaires (xve et xvie siècles) et des usages alimentaires.

Les comptes ne sont pas les seuls documents pragmatiques à avoir des mentions utiles pour histoire de l’alimentation : un ensemble de documents variés peuvent également être utilisés, comme les contrats (marchés de pourvoiries), les comptes de stockage… Restent les limites du compte (cf. Taillevent).

Yann Morel a noté que les écrous ne sont jamais appelés comptes. Ce sont des listes avec signatures qui ont ainsi valeur de preuve. Entre les comptes et les listes, la frontière est ténue : le récit se mêle à la liste qui se transforme en compte.

Remarques et discussion

Vincent Alleau (VA) : la papauté est-elle en retard au début du xive siècle ? Comment ce retard a-t-il été comblé ? Y a –t-il eu un recul au moment du Schisme ?

Bruno Laurioux (BL) : évoque la réforme mise en place dès 1315-1316 avec l’établissement d’un instrument totalisant et raffiné (Grand Livre). Au moment du Schisme, il ne semble pas y avoir eu de recul des pratiques comptables. Les Grands Livres de la Chambre apostoliques, livres thématiques, sont extrêmement détaillés. Sous Boniface VIII, ce sont des comptes de banquiers. Sous Martin V, on revient aux comptes de caisse, tous les détails sont dans des comptes spécialisés. Les registres de mandats (ordres de paiement) sont très précis et reposent sur les résultats des comptes antérieurs. Il y a un changement de pratique mais pas de recul.

Olivier Canteaut (OC) : revient sur la question des comptes Capétiens et Valois. A quel degré y a-t-il réellement eu une conservation des écrous sur le temps long jusqu’en 1737 ? Y avait-il un système aussi achevé à la cour de France qu’à la cour de Bourgogne ? Il faut noter que dans le même genre de « type » de documents, il existe les quittances et les mandements qui, eux, ont été conservés. Ces sources n’ont pas été conservées. On peut s’interroger sur des pratiques, des styles de conservation des documents selon les chancelleries / cours (la cour apostolique a, par exemple, des pratiques très différentes).

Sébastien Nadiras (SN) : y a-t-il eu exploration des anciens inventaires d’archives à la fin du MA et à l’époque moderne ?

BL : Y. Morel a travaillé sur les inventaires.

Jean-François Moufflet (JFM) : revient sur les comptes écrits sur des tablettes de cire. Pour lui, ils sont à rattacher à l’Hôtel. Les tablettes de cire sont un premier état de la documentation, ce sont des notes prises au quotidien suivies d’une copie au retour. Elles doivent leur conservation au hasard.

Pierre Chastang (PC) : revient sur le problème de la conservation qui se pose à plusieurs moments et qui peut avoir des objectifs différents : financiers, administratifs, érudits etc.

OC : Comment étaient conservés les écrous ? Etaient-ils pliés ? Mis en sac ? En liasse ?

Caroline Bourlet (CB) : La conservation en liasse facilite la consultation. Cf. travaux d’Harmony Dewez.

Isabelle Bretthauer (IB) : le rouleau sur le divorce de Charles IV roi de France est conservé actuellement en accordéon (série J des AN). Il a été conservé plié. Pour la Chambre des comptes, les mandements et quittances sont conservés dans un sac. Michel Nortier, pour la Chambre des comptes de Normandie, comptait un million de pièces pour chaque année. La conservation de ces documents est donc très faible. Les pertes liées à l’incendie de la Chambre des comptes doivent finalement être relativisées.

BL : Il y a donc une conservation différentielle. Il est difficile d’utiliser les comptes pour faire des statistiques sur l’alimentation.

Pauline Lemaigre-Gaffier (DYPAC/UVSQ), « Classer, archiver et engager : les comptes de la Maison du Roi au XVIIIe siècle »

Le dépouillement des comptes de l’administration des Menus plaisirs du roi au xviiie siècle a permis de s’interroger sur les similitudes et les divergences entre les documentations moderne et médiévale. Il sera ici question des comptes de la maison du roi plus largement : le titre est ambitieux puisque le passage des Menus plaisirs à la Maison du roi dénote un changement de perspective. Il n’y a pas de synthèse des travaux existant sur la période moderne et la cour de France à travers ce prisme : les modernistes se sont moins penchés sur les sources de l’administration de la cour que les médiévistes, en ont moins fait un objet d’étude du point de vue de son mécanisme interne. Pourtant, étudier ces objets économiques et comptables, c’est un moyen de comprendre l’institution sur laquelle on travaille. Il y a de fortes divergences entre les pratiques des médiévistes et celles des modernistes. Cette différence serait-elle liée au fait que les modernistes auraient beaucoup d’autres sources à étudier et que les comptes n’apparaissent pas si primordiaux ?

La cour apparaît comme un sujet légitime, mais alors du point de vue de l’histoire politique, de l’histoire symbolique en tant que représentation symbolique du pouvoir, ainsi que du point de vue de l’histoire sociale. L’enjeu comptable, dans cette perspective, est le fait de compter et de rendre compte. De ce point de vue, la consommation de la cour du roi est bien moins connue que la consommation aristocratique. Les comptes de la maison du roi ne sont pas inédits : ces documents sont exploités par les historiens et historiens de l’art (comptes des bâtiments du roi notamment) et sont sollicités dans le cadre de travaux monographiques (horloges, ébénisterie, loges princières, etc.). Ils sont utilisés dans le cadre d’un renouveau de l’intérêt pour histoire financière (cf. M.-L. Legay) (cadre macroéconomique) avec un intérêt pour déterminer la capacité de la monarchie à faire un bilan de sa situation financière. D’où un intérêt pour des documents s’intéressant à la dimension globale des finances de la monarchie (problème de l’endettement de la monarchie au xviiie siècle). Des débats ont eu lieu pour rendre publiques les finances de la monarchie, avec la notion de reddition de compte devant public (alors que la reddition ne se faisant que devant des instances ad hoc). Pour les Menus plaisirs, nous ne disposons que de comptes, d’où l’engagement d’étude pour comprendre comment fonctionnaient ces documents (thèse de Pauline Lemaigre-Gaffier, sous presse). Quels sont les documents les plus pertinents ? Comment les traiter de manière statistique ?

L’étude des Menus plaisirs est un terrain d’enquête pour saisir l’esprit de la monarchie et le fonctionnement d’une institution, sur le long terme (cf. Bénédicte Le Carpentier-Bertrand sur le xviie siècle).

Les Menus plaisirs sont une administration (Comédie française et théâtres de cour) qui joue le rôle d’artisan et de créateur des décors de tout le spectacle monarchique : fêtes, divertissements, rituels d’État (sacre, funérailles, États généraux etc.). Cette entité de la Maison du Roi a des origines médiévales (Argenterie médiévale). Comment prendre en charge une institution séculaire au xviiie siècle dont la compétence ne s’explique que par cette longue durée ? Il faut comprendre l’histoire de cette institution pour comprendre ses compétences au xviiie siècle, intégrées dans une véritable organisation et non plus une association d’objets. A partir de la documentation comptable, a été mise en place une base de données BDD pour comprendre l’élaboration de cette organisation. L’institutionnalisation des menus plaisirs au xviiie siècle passe par l’invention d’un système documentaire.

Enjeux méthodologiques et nature des documents comptables

Les comptes, nombreux, sont conservés aux Archives nationales (1691-1788). Ils sont faciles à lire, mais se posent des problèmes d’accessibilité et de compréhension globale. Ce sont les États qui récapitulent les dépenses : il s’agit de mises au net, un récapitulatif des exercices. Au xviiie siècle, on observe une floraison de documents différents qui reprennent les mêmes informations de manière plus ou moins synthétique. Quelle est la position de ces documents dans la chaîne comptable ? L’enjeu est de comprendre pourquoi l’administration fait tenir autant de documents comptables de différents types qui (selon une idée préconçue) ne font qu’épuiser les commis aux écritures ? Ils souffrent de nombreux préjugés : notamment celui qui fait procéder l’endettement de la monarchie des dépenses royales etc.

Il faut reprendre la question de la cour à travers une histoire économique et culturelle du geste administratif. Il faut faire une identification des états de la dépense dans la chaîne administrative. Ils sont placés parmi les comptes (donc, en théorie, à destination des trésoriers), mais ils ne sont pas tenus par des trésoriers. Ce sont des documents comptables qui ne ressortissent pas à des opérations de trésorerie mais à la phase administrative de la dépense. Ils sont produits par les ordonnateurs de la dépense. À partir du xvie et surtout de la fin du xviie siècle (période de Colbert), s’impose le principe de séparation des ordonnateurs et des comptables. Un trésorier ne peut pas payer sans un ordre de paiement. En théorie, il y a un seul ordonnateur (roi), mais ce pouvoir est largement délégué. Le trésor royal est centralisé, mais il existe une multiplicité de caisses payeuses en son sein. Se mettent en place des procédures complexes : le roi doit signer deux types d’ordonnances de paiement, une ordonnance pour débloquer les fonds depuis le Trésor royal vers une caisse payeuse et des documents appelés « rôles de paiement » autorisant les caisses payeuses à utiliser les fonds royaux pour payer les créanciers. Les rôles de paiement sont préparés dans différents services par des officiers qui ont un rôle d’ordonnancement (cf. Menus plaisirs). Dans la 2ème moitié du xviiie siècle, on essaie de limiter les pouvoirs de ces officiers de la maison du roi, soupçonnés de trop dépenser. On renforce alors la distinction entre deux types de dépenses : une dépense ordinaire et une dépense extraordinaire. La dépense ordinaire est encadrée a priori par les États du roi tandis que la dépense extraordinaire (gérée par les premiers gentilshommes de la Chambre) n’est pas encadrée. Concernant les Menus plaisirs, presque tout, sauf quelques dépenses fixes, était dans la catégorie extraordinaire. Le souverain laissait libres ses grands officiers dans la gestion de ses dépenses de représentation. Même les administrateurs estiment que le Roi n’a pas à s’intéresser à cette question.

« États de la dépense faite » : document central dans la chaîne comptable

Les États de la dépense sont souvent compilés des années après la dépense, mais, en théorie, ils sont en amont des opérations de trésorerie. Il ne s’agit pas d’une documentation nouvelle au xviiie siècle : dès le xviie siècle, il existe des états de la dépense mais ces documents sont dispersés et concernent un seul fournisseur, une seule commande etc. Plus qu’un compte établi par l’administration, il s’agit plutôt d’un mémoire comptable (facture) transformé en ordre de paiement Il y a ainsi une intégration des transactions marchandes à l’ordre documentaire administratif et comptable.

Pauline Lemaigre-Gaffier insiste alors sur le fait que ces documents ne sont pas faits pour compter : on compte dans la perspective de rendre compte à la Chambre des comptes pour avoir des documents établissant la bonne foi de l’officier lors de l’audition de ses comptes. Ces documents sont rédigés dans une perspective juridique : elles apparaissent comme des compilations des dépenses engagées au cours d’un exercice. Ce sont des documents faits pour mettre en forme et mettre en ordre les objets du « service » des menus plaisirs : c’est donc un lieu d’invention d’un cadre de classement des objets fournis au roi par cette administration. À partir de 1691, on a décidé de rassembler l’ensemble des transactions en les mettant en ordre par chapitre de dépense : l’organisation du compte est alors normalisée et balisée et reste stable jusqu’au xviiie siècle. Cet ordre selon les créanciers ou les objets de dépense n’est pas anodin. Par ex. le premier chapitre concerne la toilette du roi, la toile et la corbeille de la Cène. L’organisation est fixée selon les saisons avec des événements extraordinaires.

La réflexion sur les catégories est importante et nécessite une justification des catégories avec la nécessité de les perfectionner. C’est un enjeu de gestion (réflexion sur les objets à fournir pour le service et pour faire des économies : l’ordre apparaît comme synonyme à une bonne gestion) et un enjeu symbolique dans le fonctionnement de ce service, un support pour penser les compétences et les attributions de l’administration. Au xviiie siècle, les États de la dépense représentent une ressource pour le service : il est nécessaire de les conserver parce qu’on est sûr d’y retrouver des mentions pour l’organisation d’événements ultérieurs (ce que le classement thématique facilite et rend plus rapide). On cherche à tenir ces États de mieux en mieux, d’où une série remarquable au cours du XVIIIe siècle : États de la dépense et registres de contrôle (registres établis pour contrôler les états de la dépense) sont finalement mêlés (conservés pour servir de bouche-trou). Des témoignages subsistent sur la manière dont on se reportait à ces états pour chercher des renseignements. Sont conservés des dossiers ou des registres compilés à partir de ces états (extraits des inventaires de magasins, etc.) pour établir un livre de « recette » ad hoc pour les administrateurs des Menus plaisirs. Ils répondent à la nécessité de défendre ce service au sein de l’administration et auprès de l’opinion publique, d’où le soin qui leur est porté. Sont écrits des mémoires pour rendre compte de l’utilité de leur mission en fournissant des chiffres à l’appui.

Ce travail de catégorisation permet de fournir des données pour servir de justification au sein de l’administration et auprès de l’opinion publique : ainsi, en 1787, un mémoire contenant les chiffres précis des états de la dépense pour les assemblées des gentilshommes de la dépense est imprimé et diffusé. . On utilise des données exactes et des prévisions.

Système documentaire

C’est un cas d’hypergraphie documentaire (AN, O1 3075) avec les différentes étapes établies pour se référer en permanence au budget ; dans le cas des Menus plaisirs, il n’y a aucune norme, aucune contrainte. Un système documentaire en plusieurs phases se met en place :

  • engagement de la dépense, c’est-à-dire l’enregistrement des ordres donnés par le premier gentilhomme de la chambre avec un enregistrement des commandes ;
  • contraindre les fournisseurs à rendre leur mémoire de façon normée avec un système de validation (signature par les administrateurs des Menus plaisirs) pour en faire les supports de la liquidation (reconnaissance du service fait) ; ces mémoires des fournisseurs sont conservés comme preuve ;
  • États de la dépense sont les pièces justificatives qui ont eux-mêmes leurs pièces justificatives.

On observe ainsi une imbrication des différents types d’usage et des différents types de documents (bordereaux de synthèse, inventaire / recensement des magasins, etc.). C’est un système documentaire qui s’épanouit entre 1750 et 1770.

Conclusion

Ce déploiement documentaire avait pour principal objectif de faire prendre conscience aux premiers gentilshommes de la Chambre du caractère engageant des décisions qu’ils prenaient, de leur faire prendre conscience des conséquences financières. Il faut également souligner que les transactions marchandes (comptes/factures produits par les fournisseurs de l’administration) s’inscrivent dans cette chaîne comptable et ne sont pas uniquement des pièces justificatives.

Remarques et discussion

IB : Ce travail montre ce qu’est une comptabilité : les documents comptables étudiés tant par B. Laurioux que par P. Lemaigre-Gaffier ne sont pas tant établis pour compter mais pour rendre compte, pour montrer l’activité de l’administration (pas de mention de calculs, etc.).

Basile Breyer : Comment les comptabilités médiévales sont-elles compilées ? La documentation médiévale est-elle strictement compilée ? Y a-t-il d’autres documents ? Y a-t-il une volonté de s’en servir comme apprentissage des officiers pour réduire les dépenses ?

BL : les écrous (ou Etats ?) étaient vérifiés, expertisés, comparés. Cette documentation existe au Moyen Âge, mais elle n’a pas la même forme qu’à l’époque moderne. Concernant la volonté de faire des économies grâce à la tenue des comptes, si cette préoccupation existe c’est par le biais des ordonnances réglementant les administrations mais pas forcément par l’usage des comptes eux-mêmes.

Pauline Lemaigre-Gaffier (PLG) : Il y a de nouveaux outils qui reposent sur des pratiques séculaires. Le souci majeur est d’arriver à un équilibre entre les économies souhaitables et la représentation royale. Le roi doit demeurer maître de ses dépenses pour rester le roi : cela signifie être à la fois économe et dépensier (puisque les dépenses participent du prestige du roi). Ces documents ont été utilisés par l’Assemblée nationale pour vérifier les comptes.

Michel Greget : quelle est la présentation de ces États ? Comment évoluent les usages de cette documentation ? La présentation reflète-t-elle l’évolution de ces usages ?

PLG : à la fin du xviiie siècle, il y a une plus grande synthèse des informations en fonction du perfectionnement des mémoires des fournisseurs. Les États de la dépense ne sont pas chronologiques. Le « Journal » de Papillon de La Ferté (responsable des menus plaisirs) est lié aux réformes documentaires des Menus Plaisirs (cf. « Journal » de Pierre-Adrien Pâris qui a été tenu pendant six mois avec des copies des États de la dépense). Les États de la dépense sont vus comme un moyen de se passer du Maître des cérémonies

Pierre Jugie : dans le cadre de l’exposition sur les Menus plaisirs du roi (Dans l’atelier des Menus Plaisirs du roi – Spectacles, fêtes et cérémonies aux xviie et xviiie siècles, janvier-avril 2011), P. Jugie a repris l’histoire de l’institution elle-même et il rappelle que la disposition actuelle des archives n’est pas l’ordre de l’époque, mais celui des archivistes du xixe siècle. Des choses de natures différentes peuvent être mises ensemble (recueils / états de dépenses-de contrôle). Certains documents sont dès l’époque classés dans le fonds des Menus plaisirs dans l’ordre ou l’état que nous leur connaissons. Il faut faire attention à ne pas être naïf face à ces comptes. Il est important de lire les introductions quand elles existent ou de retrouver les inventaires anciens pour comprendre comment les documents étaient organisés. De nombreuses choses peuvent avoir disparu depuis longtemps. Colbert a organisé les fonds de manière sérieuse, mais ce qu’il y avait avant peut avoir être mis ailleurs. Il ne faut pas oublier que ce mouvement intellectuel qui met en place des index, des inventaires, etc., est lié aux Lumières avec une volonté de tout contrôler. L’esprit de l’encyclopédisme du xviiie siècle a la volonté d’avoir quelque chose de parfait et de ranger (idée qui se poursuit ensuite dans la mise en place du plan de classement par Daunou).

IB : les États des dépenses ne sont pas écrits tout de suite, au moment de la dépense. Pourtant, s’ils sont en amont dans la chaîne documentaire, cela pose problème. Y a-t-il un délai entre la rédaction du compte et son audition / vérification ?

PLG : ils sont signés et datés, on peut en effet savoir le délai entre ces deux phases. Un leitmotiv revient dans la documentation, il s’agit de les établir le plus vite possible. C’est une entreprise de régulation a posteriori pour établir la dépense faite, c’est-à-dire ce que le roi reconnaît devoir et non ce qui a été « réellement » payé. Les paiements sont faits avant avoir régularisé la dépense, il s’agit du paiement d’acomptes. Ces pratiques qui disparaissent donnent lieu à une documentation comptable secondaire. Ces comptes sont également mobilisés lors de la mise en regard des entrées et des sorties (il ne s’agit alors pas d’une comptabilité en partie double mais d’un état des entrées et des sorties financières). C’est la comptabilité de la dépense ordonnancée. L’État de la dépense est donc une fiction : dans certains cas, les comptes font état de paiements déjà versés et de solde encore du. Après 1760, il n’y a plus aucune mention de ce qui a été déjà payé par l’administration.

PC : cela ouvre des perspectives sur la compréhension des écrous et leur conservation. Il leur reste une valeur de preuve dans une perspective juridique plus que comptable.

BL : Y a-t-il mention de stocks ? Car finalement, d’autres services administratifs peuvent être fournisseurs des menus plaisirs (récupération des matières premières).

PLG : Oui, il s’agit de la question du compte de gestion, des flux entrants et sortants. Mais on remarque un problème pour mettre en place une gestion des flux.

Bernadette Ménard : pose une question sur l’endettement de l’aristocratie.

PLG : L’État de la dépense faite permet de voir ce que le roi engageait chaque année, les opérations de liquidation avec des négociations sur les prix, avec une question de remise des documents. Ces États sont longs à mettre en place.

OC : pourquoi un tel « retard » de la mise par écrit des états des dépenses ?

PLG : Il existe plusieurs explications. Tout d’abord, les fournisseurs peuvent être lents à remettre le prix de la transaction et donc à donner les documents nécessaires à l’établissement des états (système de négociation des prix de marché). Ensuite, les charges à la tête de l’administration connaissent un certain turn-over (il peut y avoir plusieurs détenteurs de la charge). On peut se demander aussi si certains officiers n’ont pas intérêt à cette lenteur ou alors sont contraints par la lourdeur que la mise par écrit de ces comptes (vérification des sommes, compilation de différents documents, etc.) réclame.

Prochaine séance : vendredi 12 février (Archives nationales, Salle d’Albâtre, 14h-17h).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *