Séminaire Administrer par l’écrit [3] du 16 mars 2016 : Gérer ses affaires par l’écrit

Mélanie Morestin-Dubois, « Les archives privées de Jean Teisseire, marchand du XIVe siècle : une administration de l’écrit, par l’écrit »

Les écrits de Jean Teisseire sont au carrefour des trois thèmes du séminaire : le classement des documents produits et leur transformation en archives ; le contrôle des biens et des hommes ; les pratiques comptables d’un marchand-artisan. Le titre proposé : « Administration de l’écrit, par l’écrit » n’est pas un simple jeu de mots, mais implique un double niveau d’analyse, à savoir la gestion par l’écrit et la gestion des écrits produits (classés / organisés / archivés). Le corpus présenté ici est très important.

Jean Teisseire est un artisan cordier d’Avignon. Fils d’un chanvrier, il ne récupère pas l’atelier de son père, mais est formé chez un patron cordier. Il s’installe à son compte vers 1345-1347. Dès qu’il a été facteur, il a commencé à gérer ses affaires par l’écrit. Comme il endosse très vite de nombreuses activités, il ne peut se passer d’écriture pour les gérer : il est en effet propriétaire foncier, membre du conseil de la ville en tant que syndic vers 1376 et administrateur de l’œuvre de l’hôpital Saint-Bénezet entre 1372-1374. Il utilise pour toutes ces fonctions l’écriture de manière quotidienne.

Le corpus est constitué d’abord d’un manuscrit (AD Vaucluse, dépôt Avignon, II 330) datant des années 1369-1376. Il contient une liste de dettes sur les 9 premiers folios, puis les comptes de l’hôpital sur 30 folios ; un Livre de raison copié sur 18 cahiers foliotés par Jean Teisseire lui-même. C’est la pièce centrale des archives conservées qui montre une grande cohérence puisque son auteur a transcrit l’ensemble de ses activités personnelles et professionnelles pour cette période. Ce Livre n’est pas un livre de compte. Ce manuscrit existait auparavant, Jean Teisseire l’a récupéré : c’était un ancien manuel d’un marchand de soie italien (1365-1367). Ce manuscrit contient plus de 200 folios. Il est complété par des actes notariés (plus de 200) conservés et rassemblés par Jean Teisseire, remis à la ville à sa mort sans héritier. Il faut également ajouter des actes conservés par les notaires et quelques documents présents dans les grandes archives des AD Vaucluse. C’est un corpus considérable rassemblé du vivant même de Jean Teisseire. Il permet de comprendre comment un tel homme pouvait gérer et conserver ses actes et ses affaires.

Quelles sont les conditions de production, d’utilisation et de réutilisation de ces écrits ? Quelle est la manière de produire ses propres écrits et d’en commander à des professionnels de l’écrit ?

Administration par l’écrit

Les techniques d’administration sont étudiées du point de vue de la gestion d’une entreprise. Les comptabilités sont très simples et permettent une mise en ordre et un suivi du patrimoine personnel et professionnel.

Le Livre de raison permet à la fois de gérer et de classer. Grâce à lui, l’auteur peut se rendre raison à soi-même de sa gestion. C’est un moyen de gestion efficace. Le livre de raison fait 20×30 cm. C’est un ouvrage utilisable qui doit servir quotidiennement. Jean Teisseire y transcrit les transactions sous forme de notices sur 3 ou 4 lignes généralement, parfois 10 lignes, voire 20 lignes pour les contrats de travail ou de location. Dans ces notices, on trouve la date, le lieu, la personne concernée et le motif de la transaction. Le livre est bien un outil pratique utilisable pour mémoriser et rechercher. Ces inscriptions sont réalisées chaque jour. Quand on mène une vérification sur les 189 folios, on s’aperçoit que le suivi chronologique est bien respecté sauf exceptions. Il y a quelques ajouts en marge. Jean Teisseire  ne laisse pas passer de délai entre le moment d’un contrat ou d’une transaction et le moment où il écrit, contrairement à d’autres marchands qui ont un autre mode de fonctionnement (inscriptions hebdomadaires). Les années sont inscrites et séparées par des signes particuliers pour marquer une rupture visuelle. Il les note systématiquement sur les rectos et jamais au verso. Les années écrites en plus gros module que le reste du texte avec des repères visuels. D’une manière générale, Jean Teisseire a pris soin de mettre au point des repères visuels pour faciliter le repérage. Les renvois et références internes sont fréquents.

Les notices consignent la vente de cordes ou l’achat de matières premières. Des comptes courants sont ouverts pour certaines relations d’affaires. D’autres affaires apparaissent, notamment les achats de pain ou de vêtements. Pour les contrats de travail et d’apprentissage, comme il est patron de son atelier), il procède de façon identique et rétablit systématiquement une cohérence chronologique.

Son activité immobilière impose également le recours fréquent à l’écriture. Il fait des ajouts aux contrats de location pour les gens qu’il connaît (prêts, modifications de loyers). Il peut ainsi retrouver la trace des différentes transactions et fait à la fin un bilan de tout ce qu’il doit et de tout ce qu’on lui doit. L’ensemble est cohérent et organisé de manière chronologique. Le bilan peut être fait 5 à 6 années plus tard puisqu’il garde la mémoire de l’ensemble de ses activités.

Dans son Livre de raison, on trouve des interruptions avec des listes ou des mémos introduits en fonction des besoins, notamment la liste des créances copiée sur les 9 premiers folios (1367-1369). On trouve des points, des marqueurs pour rendre la consultation plus facile. A chaque fois, il y a le nom de la personne, ce qui est dû, un renvoi à un numéro de page qui correspond à un autre Livre de raison de l’année 1369 et qui n’a pas été conservé. Il garde la mémoire immédiate de ce qu’on lui doit sans avoir à revenir au Livre des années précédentes. Ce sont des outils simples mais efficaces. Cette liste lui permet de ne pas faire affaire avec des personnes qui y sont nommées depuis trop longtemps, en bref, elle peut être vue comme la liste des mauvais payeurs ! C’est un écrit de mémoire et un écrit identificatoire. Il fait des listes dans certains cas seulement, notamment pour son activité de marchand de vin : il est propriétaire d’une taverne et établit une liste des prix des vins vendus. Ces listes font rupture sur une page ou une demi-page. Il fait des listes quand il en a besoin, notamment pour un dossier concernant Olivier Amoros. C’est un ancien facteur de Jean Teisseire, associé de 1360 à 1369. En 1369, Amoros s’établit à son compte. À cette occasion, Jean Teisseire établit un compte qui rappelle toutes les transactions non soldées qui le lient à son ancien facteur (avec des signes et des lettres qui viennent marquer de manière pratique les différentes entrées de ce compte). Il note même de tourner la page dans la marge inférieure. Olivier Amoros n’est pas 1 mauvais payeur, il entre même dans la famille de Jean Teisseire. C’est un compte final pour permettre de conserver de bonnes relations avec une personne proche, qui doit rester une relation d’affaires.

L’inscription des transactions de manière quotidienne permet à Jean Teisseire de réduire l’incertitude et de gérer plus efficacement ses affaires. C’est une gestion des hommes et des relations sociales et permet de dresser une carte de ses relations. Dans cette volonté de maîtrise et de gestion, il semble que Jean atteigne une véritable boulimie documentaire. L’utilisation de toutes sortes d’écrits crée une sorte de confusion. Si le Livre de raison étudié ici est le nœud de la gestion, il n’est pas le seul document. Dans inventaire après décès, on trouve la mention de boîtes et de coffres dans lesquels il y des actes notariés, des cartularia (c’est-à-dire des Livre de raison), des comptabilités annexes, des quittances (polisias) insérées dans le Livre de raison qui sont de petites preuves de cette volonté d’écrire tout, de tout mémoriser (ces quittances sont les preuves d’une dette qui doivent être détruites une fois réglées). On remarque ainsi une volonté de tout conserver et de tout faire passer par l’écrit. Il est donc nécessaire de créer un système d’organisation pour gérer tous ces écrits.

Administration de l’écrit produit

Cette deuxième partie s’intéresse à la transformation de l’écrit en archive.

Le Livre de raison fonctionne par le biais de retours réguliers en amont comme en aval. Il rassemble l’ensemble des activités du cordier sur 7 années avec des renvois internes (notamment des renvois à des folios) et des renvois externes à un autre Livre de raison antérieur. Jean Teisseire a débuté son travail d’écriture dès son installation et garde la mémoire de ses affaires sur de très longues années. On trouve ainsi des renvois vers des actes notariés qui viennent à l’appui des notices copiées dans le Livre de raison (ces notices peuvent mentionner les actes notariés avec le nom du notaire et une indication du lieu où ces actes sont conservés). Le Livre de raison apparaît comme le réceptacle de l’ensemble des actes passés par le cordier.

Les « cartulaires » (Livres de raison) rédigés par Jean Teisseire sont au minimum 19 écrits entre 1356 et 1380 (il est mort en 1384). Dans l’inventaire après décès, ces manuscrits sont évoqués. Pour la période 1369-1379, on a la mention de 6 autres Livres de raison qui avaient tous le même format que le Livre conservé (entre 190 et 200 pages). C’est un format maniable.

On trouve également des ouvrages plus spécifiques pour les activités professionnelles, notamment un livre des cordes (pour transactions de l’ouvroir de Jean Teisseire), un livre dans lequel est inscrite la « raison de son atelier » (gestion comptable) écrit par ses facteurs. La comptabilité a été transmise à son successeur. Ces écrits spécifiques venaient s’ajouter aux autres écrits. Les pratiques administratives se superposent. La transmission de l’atelier a posé problème en 1374-1375 avec des facteurs qui ne se sont pas comportés correctement. L’administration par l’écrit et de l’écrit doit se faire selon les règles de l’art.

Le système d’archivage est particulièrement soigné, comme on peut le constater dans la boîte 96 des grandes archives. Au verso des actes notariés, on trouve des notes rédigées de la main de Jean Teisseire avec un petit résumé de ce que l’on trouve dans l’acte notarié (date, sujet principal, nom des personnes concernées, prix de la transaction et parfois une cote chiffrée). Il est difficile d’interpréter ces cotes, puisqu’elles ne correspondent ni à un ordre chronologique, ni à un ordre thématique. Jean Teisseire a eu surtout la volonté de trier et de numéroter chaque coffre. C’est une sorte de pratique pré-archivistique. Il a établi un système qui lui était pratique et lors de la requête contre ses anciens associés en 1374-1375, il peut produire des preuves. Ainsi, apparaît un triple niveau d’information pour certaines transactions : un acte notarié, une notice dans le Livre de raison, une note dorsale

Il est à l’aise avec ces différentes techniques de gestion des archives qu’il range dans des coffres (un gros coffre et un coffre des quittances sont mentionnés dans le Livre de raison). Il n’est pas seulement un artisan-marchand, mais aussi un membre du conseil, un administrateur de l’hôpital Saint-Bénezet.

Conclusion

Ainsi, a pu être mise en évidence l’administration domestique et professionnelle de Jean Teisseire à travers les questions de contrôle et d’expertise. Il y a des influences de différents types d’écriture comptables, marchandes et institutionnelles. Cette expertise en écriture est commune à la petite élite urbaine à laquelle appartient le cordier, dont les membres doivent savoir gérer des hommes, des contrats de travail, maîtriser les dépenses, les transactions. Ils doivent connaître le nom de leurs débiteurs et mesurer leurs bénéfices. Ils doivent connaître leur patrimoine. La gestion de ce patrimoine doit passer par l’écriture qui retrace les réseaux. Écrire, c’est maîtriser des informations et des réseaux sociaux. C’est le cas du Napolitain, Guido Chiavelli pour qui la circulation des biens et des capitaux nécessite la création d’archives, mais cet Italien écrivait avec un certain décalage. L’écriture est un acte de nature économique et administrative. Le Livre de raison a une fonction professionnelle et privée. Il permet l’administration d’une maisonnée. Jean Teisseire a eu la volonté de transmettre son ouvroir à son fils qui écrit dans le Livre de son père jusqu’à sa mort. Jean Teisseire est un expert en écriture, qui maîtrise son artisanat.

Discussion

Isabelle Bretthauer (IB) souligne que l’intervention s’appuie sur un magnifique dossier exploité sous les deux aspects du titre. Pour les livres de raison, elle renvoie aux travaux de Jean Tricard.

Vincent Alleau (VA) : Comment Jean Teisseire a-t-il acquis cette maîtrise des différentes techniques de l’écrit et de sa gestion ?

Mélanie Morestin-Dubois (MMD) : L’apprentissage semble s’être fait sur le tas, dans l’atelier de son patron. Son fils aîné a suivi une formation dans l’atelier où il a appris à lire et à compter.

Michel Greget (MG) revient sur les contrats de travail. C’est une pratique courante à Avignon. La durée de l’apprentissage est entre 3 et 4 ans pour des cordiers.

VA : A-t-on des traces de grattage sur le manuscrit du marchand italien qui a servi de base au Livre de raison du cordier ?

Fanny Cohen-Moreau (FCM) : Y a-t-il des mentions des membres de sa famille dans le Livre de Raison ?

MMD : On y trouve la mention de la mort de son premier fils et de l’engagement d’un maître pour apprendre à lire les psaumes à son deuxième fils (dont le paiement se fera une fois que l’enfant saura lire). Il n’y a pas de mention de ses mariages, puisqu’ils ne se sont pas produits pendant la période de rédaction de ce Livre.

Pierre Chastang (PC) : Avait-il un notaire privilégié ? Peut-on trouver des traces d’un minutier tenu spécialement pour Jean Teisseire chez un notaire particulier ?

MMD : On trouve la référence à deux notaires principalement, dont Jean de Masse, mais rien n’a été conservé de ce notaire. Jean Teisseire semble avoir fait appel à des notaires spécifiques avec des changements.

PC : Quel est le rapport philologique entre les notes dorsales et les notices qui apparaissent dans le livre ? Les analyses dorsales ont-elles été copiées dans le Livre de raison ?

MMD : Les textes ne sont pas proches pour les quelques actes dont on conserve les 3 versions. Ils ne sont écrits de la même façon.

PC revient sur la cotation (chiffres). Trouve-t-on des renvois aux documents sur le Livre de raison ? Le terme de carta qui apparaît peut désigner l’acte.

MMD : Dans le Livre, il semblerait que le terme carta désigne plutôt les pages.

François Berenger (FB) : Dans la liste des vins, trouve-t-on des informations sur l’origine et la qualité de ces vins ?

MMD : Il n’y a pas de mentions précises, seulement une liste des prix.

Julien Villain (JV) : Y a-t-il un choix des notaires selon le type d’actes ? Concernant les comptes courants établis pour les relations d’affaire, quelles sont les informations présentées ?

MMD : Pour les deux notaires les plus présents, il semblerait que le choix ne se fasse pas selon le type d’actes. Dans les comptes courants, il mentionne seulement les dettes.

Julie Claustre (JC) : Il y a plusieurs manières de canceler qui apparaissent dans le Livre. Ont-elles un sens dans les listes des débiteurs ?

MMD : Il tient à jour sa liste et revient quand le paiement a été fait.

Olivier Canteaut (OC) : Pour les dettes, est-ce une pratique habituelle de les mettre en tête ?

PC rappelle qu’il serait intéressant de comparer avec les pratiques des notaires de la ville d’Avignon.

MMD : Pour les notaires du XIVe siècle (notamment pour les années 1370-1380), il ne reste pas grand-chose.

Caroline Bourlet (CB) : 19 Livres de raison, dont 8 identifiés. Que sont devenus les autres ? Ont-ils été tous transmis à la ville ?

MMD : Si la ville a opéré un tri, elle a gardé celui qui contenait les comptes de l’hôpital Saint-Bénezet. Dans les inventaires, il n’est fait mention que de ce registre. La ville a gardé ce qui lui servait.

IB : Dans le chartrier, il n’y a que des actes notariés. Y avait-il des actes venant de la justice de la ville ? Des actes de procès ? Lors du changement d’année noté sur le recto, quand l’année s’achève, il tourne la page. Cela ressemble à la comptabilité en partie-double, mais comment voir les bénéfices et les pertes.

PC revient sur les quittances. Dans quelle langue sont-elles écrites ?

JC : Les quittances sont souvent des reconnaissances de dettes ou de paiement.

Marlène Helias-Baron (MHB) s’intéresse aux mains qui interviennent dans le Livre de raison : certes Jean Teisseire et son fils, mais y en a-t-il d’autres ?

MMD : Trois autres personnes ont été conviées à écrire dans le Livre de raison.

Julien Villain, « Des instruments de contrôle des flux de crédit : les comptabilités des marchands grossistes et des boutiquiers lorrains au XVIIIe siècle »

Quelle est l’utilité des comptabilités marchandes ? Une réponse à cette question viendra à travers l’étude d’un marchand de Pont-à-Mousson, Germain Empereur. Ce dernier a laissé derrière lui une grande quantité de comptabilités : 30 m linéaires d’archives sont en effet conservés. Quelle est l’utilité de ces quantités de papier ? Comment ces comptes sont-ils constitués ? Ils conservent la mémoire des opérations qui ont été faites. Servent-ils à déterminer les niveaux de profits ? Problème : les comptabilités marchandes du XVIIIe siècle ne permettent pas de calculer les gains. Or la question du gain a une forte vigueur dans l’historiographie. Selon Werner Sombart dans Le Capitalisme moderne, 1902, le perfectionnement des techniques de comptabilité à partir du XIIIe siècle découlait de la volonté de calculer le gain. Cela aurait favorisé la naissance de l’esprit du capitalisme, notamment avec l’apparition de la comptabilité à partie-double. Cette thèse est contestée aujourd’hui. Si on regarde les comptes des entreprises des XVIIe et XVIIIe siècles, on trouve fréquemment des comptes en partie-simple. Ainsi, l’assimilation partie-double et capitalisme est à revoir. On ne peut pas calculer les niveaux de profit à partir de toutes les comptabilités disponibles. Quelle est l’utilité de ces comptabilités ? Elles ont une fonction de mémoire. Quels sont les éléments pertinents sélectionnés ? On sélectionne des informations et on laisse de côté de nombreuses choses. Ces comptabilités ne reflètent pas la mémoire des produits vendus. On a des relevés des achats (avec une grande précision sur la qualité des produits achetés) et des ventes (sans grande précision sur la qualité des produits). On ne sait pas précisément ce que l’on a vendu. Ce ne sont pas des outils de gestion des stocks. Ces comptabilités permettent en fait de mesurer les flux de crédit et livrent une cartographie du crédit des marchands : créanciers et débiteurs. Comment étaient-elles construites ?

Les archives concernant les marchands lorrains sont abondantes, alors qu’il reste peu de comptabilités pour les marchands des grands ports (Bordeaux, Nantes, St-Malo). Les fonds marchands lorrains sont conservés dans les archives de la justice consulaire. Ils ont une fonction de mémoire et de conservation de la situation du crédit. Nous disposons de fonds pour une quinzaine de marchands différents (avec des livres de compte importants et bien tenus, sur le long temps). Ce sont des marchands issus de Nancy ou de Pont-à-Mousson, occupant des places différenciées dans les circuits commerçants : des boutiquiers ou des grossistes. Un boutiquier est un marchand au détail. Le marchand grossiste achète en grosses quantités pour revendre en grosses quantités. Les grossistes vendent aux autres marchands (boutiquiers). Germain Empereur est un détaillant de grande envergure qui se passait de grossistes.

Concernant la structure générale de leur comptabilité, nous disposons de quatre types de livres : un livre d’achats (achats et paiement aux fournisseurs) tenu sous forme de livre-journal (les factures peuvent y être recopiées) dont la synthèse est appelée Grand livre avec une page pour le « doit » (paiement) et une page pour l’ « avoir » (achat), sachant que le délai de paiement est de 6 mois ; un livre de ventes (ventes et sommes reçues des clients) avec des renvois au Grand livre des ventes. Pour certains clients, on n’ouvrait pas de comptes.

La comptabilité en partie-double est censée être un progrès par rapport à la comptabilité en partie-simple dans laquelle il n’y a aucune prise en cpte du coût des transports (lettres de voiture pour les transporteurs) ; aucune indication sur l’entretien de la maison ou de la boutique ; peu de renseignements sur les moyens de se procurer des lettres de change (les achats sont peu indiqués). En bref, dans les livres, nous ne trouvons aucune indication sur le transport, le stockage et les moyens financiers ; il est donc impossible de calculer un taux de profit. On peut néanmoins faire le calcul du taux de marge (vente – achat). La comptabilité en partie-double permet de mieux recenser les opérations, mais pas de calculer les taux de profit. Les mêmes manques que dans les comptabilités en partie-simple s’y retrouvent.

La comptabilité en partie simple concerne les comptes personnels, alors que la comptabilité en partie dble associent des comptes personnels et des comptes fictifs (abstraits).

Le Grand Livre de Dominique Leléal (Nancy) montre que pendant 8 mois ce marchand a utilisé la partie-double avant de l’abandonner. Elle n’avait aucune utilité pour ses affaires. On y trouve un compte caisse par lequel passait l’argent avec la colonne « doit » (ce qui entre) et la colonne « avoir » (ce qui sort) (c’est-à-dire la césure actif / passif). Les opérations apparaissent dans les deux parties du compte, ce qui permet de mieux contrôler et c’est le seul intérêt puisque les frais de transports n’apparaissent pas. On ne peut pas calculer le taux de profit. Il n’y a pas d’actualisation des crédits (6%).

Comment évaluer les gains ? Les marchands dressaient un bilan dans lequel apparaissaient les marchandises, les créances et le patrimoine d’un côté, les emprunts, les dettes aux fournisseurs de l’autre. Ils faisaient ensuite la différence. C’est une comparaison  entre la date T0 et T1. Les marchands ne se soucient pas beaucoup de calculer leurs gains. Germain Empereur, en 40 ans, n’a établi que 7 bilans pour évaluer son patrimoine.

Les comptabilités ont une fonction de mémoire, non pas des produits vendus, comme on le voit avec Jean Chausson, grossiste dans la droguerie, revendeur de savons etc. Il y a une normalisation des produits (différents types de produits) avec des indications de numéros. Des informations précises sont indiquées dans le grand livre d’achats. Pour les ventes, c’est beaucoup moins précis. Ce n’est pas une mémoire des stocks de marchandises.

Les comptabilités servent à connaître les flux de crédit. Certaines personnes ont des comptes et d’autres non. Comment on ouvrait un compte chez un marchand ? Dans les bilans (G. Empereur en établit un en mars 1753, bilan de ses dettes actives), on aperçoit une différence de rapidité de paiement entre titulaires d’un compte et les non-titulaires. Les titulaires mettent du temps à payer. Les non-titulaires payaient vite. On commençait à avoir un compte dès lors que l’on devenait un client régulier.

  • Les comptes sont utilisés pour gérer les relations entre le marchand et ses clients ou ses fournisseurs. Certains paiements se font en nature, des marchands peuvent devoir de l’argent à leurs clients.

Quelle utilité peut-il y avoir à tout inscrire ? Cela permet de collecter de l’information sur les clients occasionnels et de cartographier la clientèle selon la position sociale. Une signature est demandée aux plus pauvres. Le marchand garde la mémoire des informations nécessaires pour maintenir son crédit à flot.

  • Les comptabilités ne permettaient pas de calculer les profits, elles ont une fonction de mémoire du crédit et de la qualité du crédit des personnes avec qui on était en affaires.

Discussion

IB revient sur la comptabilité en partie double.

JV rappelle que la société était stratifiée selon les rangs. Germain Empereur indique presque systématiquement le statut social et le métier de ses interlocuteurs. C’était le marchand de la bonne société de Pont-à-Mousson.

Louise Gentil (LG) : y avait-il des inventaires de stocks ? Ces marchands fonctionnaient peut-être en flux tendus. Ils avaient sans doute de nombreuses références en petite quantité.

JV : C’est le cas de Jean Chausson, le marchand d’épices, pour les produits à péremption rapide. Pour les étoffes, la présence de stocks est possible. La mémoire des stocks se fait probablement de tête. Les produits sont diversifiés du point de vue de la qualité. Pour chaque créneau de qualité, se trouvent des petits stocks. Des listes sont dressées de temps à autre. Germain Empereur ne faisait que 5 à 6 ventes par jour.

FB : Quelle est la connaissance des stocks ?

JV : les inventaires sont bien ordonnés et reprennent sans doute l’ordre des étagères.

MG : Comment gérer les créances douteuses des clients ?

JV : les marchands laissaient filer les créances douteuses pour les clients. Pour récupérer les créances, on faisait le siège des débiteurs ou un blocus. Un commis faisait la tournée des clients récalcitrants. Il y a peu de passage en justice pour les petites sommes.

IB : revient sur la question des stocks à partir de la comptabilité d’un marchand angevin du XVe siècle qui a acheté à Genève un stock important de draps avec une mention de la quantité achetée en bas de page et indique ensuite le nombre de draps vendus. De page en page, le stock de draps diminue. Elle revient ensuite sur les 7 bilans de Germain Empereur conservés dans la justice consulaire. Sont-ils des bilans de faillite ?

JV : Il y a trois types de bilans. Il y a un bilan de faillite, quand on se déclare en faillite (on demande un atermoiement à ses créanciers) ; il doit y avoir une lettre et un inventaire total des biens mobiliers dont les dettes et des biens immobiliers, ainsi que des dettes passives. On trouve également des inventaires après décès ou des inventaires de tutelle ou de curatelle. Tous précisent la situation à un instant T. Les bilans de Germain Empereur correspondent à une situation normale, mais il a fait deux fois faillite. D’où le dépôt de ces archives dans les archives de la justice consulaire. Il a peut-être fait ces bilans pour répartir son patrimoine entre ses enfants.

OC : Qu’est-ce qui est versé à la justice consulaire dans ces cas ?

JV : La justice consulaire dispose d’une infinité de micro-fonds, mais quelques fonds sont plus importants et permettent de donner des informations plus précises. On ne sait pas quels sont les fonds qui sont versés systématiquement.

Pauline Lemaigre-Gaffier (PLG) : Les inventaires se trouvent-ils dans les bilans ?

JV : les marchands devaient dresser des inventaires le plus souvent possible, mais ils ne s’y sont pas soumis de manière systématique.

Le compte-rendu est disponible à cette adresse : http://admecrit.hypotheses.org/files/2016/05/Séminaire-Administrer-par-lécrit-par-lécrit-au-Moyen-Âge-et-à-lépoque-moderne-3.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *