Séminaire Administrer par l’écrit [1] du 9 décembre 2016 : « Opérations de restructuration dans les archives d’institutions sur le temps long »

Sébastien Barret (UPR 841 IRHT) : « Cluny : des archives au trésor (XIIIe-XVIIIsiècle) »

Cette contribution se propose de donner la perception d’un ensemble archivistique à partir de ce qui en est resté, sachant que notre approche doit être attentive et sensible à un ensemble de biais documentaires et de sélections dont l’historien n’a pas toujours conscience. Ces biais sont donc des problèmes historiographiques sensibles pour nos travaux.

La fourchette chronologique englobe les XIIIe-XVIIIe siècles. À partir du XIIIe siècle, on commence en effet à sentir une « présence » archivistique institutionnelle à Cluny. Toutefois, le problème quand on parle d’archives est d’établir une définition précise. Selon la définition archivistique commune, les archives sont l’ensemble des documents qu’une personne physique ou morale a organiquement créé, du fait de son activité. Dans ce cas, il y a toujours eu des archives à Cluny. Ex. BNF, Bourgogne_77_045 est un acte « pontifical » au dos duquel on trouve des mentions, ce dont on peut conclure qu’il y a de l’archivistique, ou du moins un traitement archivistique. Les plus anciennes marques dorsales clunisiennes sont du XIe siècle, mais il n’y a aucune trace d’organisation propre, ni de trace de procédure pour s’occuper des archives. En bref, il n’y a pas à Cluny d’archives, au sens d’une organisation spécifique. Elles sont construites en lien avec la bibliothèque et le trésor.

À partir du XIIIe siècle, on trouve des traces de lieux et de reconnaissance d’un secteur de l’activité des clunisiens autour de quelque chose qui commence à s’appeler des « archives », dans le deuxième sens attribué à ce mot : les institutions ou les responsables administratifs qui ont la charge de la gestion des documents. La première mention d’archives comme lieu de dépôt des documents date de 1375 (in archivis). En 1403, on parle de manière explicite de la « Tour des privilèges ». On peut faire alors une rétro-conversion jusqu’au XIIIe siècle, puisque cette tour des privilèges est une des deux tours de l’avant-nef de Cluny III ; c’est en effet la tour nord. Cet ensemble semble avoir été bâti dans les années 1220-1230. En associant l’évolution des mentions dorsales et des cartulaires, il est logique de penser que les archives après avoir été retravaillées ont été déplacées dans ce local au XIIIe siècle. Il faut bien être conscient qu’il s’agit de la reconstruction hypothétique bâtie sur un jeu de dominos. Le problème est que cela reste improuvable. Une part du raisonnement est induit par le fait les archives se trouvent dans ce local jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, c’est-à-dire de 1403 à 1790. Cette manière de raisonner peut en fait être dangereuse, puisqu’il ne s’agit que d’une hypothèse.

En effet, dans les prescriptions réglementaires de l’ordre de Cluny, il n’y a aucune prescription sur les archives, sur la manière de s’en occuper (comme pour les Dominicains, cf. Humbert de Romans qui décrit pourtant les modalités de conservation des livres, de la bibliothèque, etc.). On trouve certes quelques mentions issues des textes des organes disciplinaires : à partir des XIIe-XIIIe siècles, Cluny, qui était auparavant une congrégation, se transforme en ordre en partie sur le modèle cistercien avec des chapitres généraux et des visites des maisons clunisiennes. Lors de ces visites, quelques allusions sont faites à des situations archivistiques extrêmes à Cluny ou dans ses prieurés. En effet, il n’y a allusion aux archives que quand il y a un problème : des archives mal gardées ou conservées à l’extérieur d’un prieuré, voire confiées à un laïc, servant de garantie à un emprunt. Cela reste peu organisé, mais à partir des XIIIe-XIVe siècles, on devine que cela est précieux, d’où le lien avec le trésor et la bibliothèque. Depuis Cluny, on observe alors une tentative d’organisation, de maîtrise des archives (notamment des privilèges) : Cluny cherche à avoir une copie des privilèges de ses prieurés pour tenter une organisation centralisée des archives mais cela ne semble pas avoir eu d’effet.

On ne dispose pas d’inventaire avant le XVe siècle, malgré la conservation des documents dans la tour des privilèges. Il y a certes un inventaire en marge du Cartulaire E de Cluny (fin XIIIe siècle). Sur les feuillets de garde, apparaît en effet un rapide recensement des archives (clichés faits par E. Magnani). Il s’agit en fait d’un récolement, c’est-à-dire d’une description rapide de l’état du fonds. L’archiviste est allé dans la tour et décrit les archives dans la pièce en procédant une armoire après l’autre. Nous avons ainsi un rapide aperçu du contenu des fonds et de la « topographie » des archives. Le titre en est : « Hec est ordinacio privilegiorum in turre ». Comment comprendre « ordinacio » ? Ce mot veut-il dire « description » ou traduit-il une volonté d’organisation ? Si l’archiviste avait seulement voulu décrire le fonds, peut-être aurait-il utilisé un autre terme ? En tout état de cause, il s’agit d’une disposition qui mêle le pratique et le symbolique et éclaire la manière dont la personne qui gère les fonds voit son institution. Cela reste une description irrégulière : elle peut contenir une description générale, très large (les privilèges de l’Angleterre) ou une description pièce à pièce (cf. privilèges pontificaux). (Voir Joachim Wollasch, Cluny – Licht der Welt: Aufstieg und Niedergang der klösterlichen Gemeinschaft, Zurich-Düsseldorf, 1996). Par exemple, les clunisiens désignent les privilèges pontificaux par leur incipit (cf. privilège : « Vos estis lux Mundi »). La description se fait topographiquement plus précise avec une série de noms de lieux. Dans l’avant-dernière armoire, on est au niveau local. C’est une institution qui décrit par centres concentriques de manière de moins en moins précise au fur et à mesure que l’on s’éloigne d’elle. On trouve ainsi des niveaux de descriptions différents. En bas des armoires, se trouve la base de l’institution, c’est-à-dire les privilèges pontificaux (Cluny s’est souvent pensée comme une deuxième Rome). Cette disposition topographique et intellectuelle se retrouve dans les fonds clunisiens conservés à la BNF : un recueil pour les actes anglais, un recueil pour les actes espagnols. Réglementairement parlant, l’Espagne et l’Angleterre sont des provinces lointaines et leurs prieurs ont le droit de venir seulement une année sur deux au chapitre général. C’est une granularité variable à laquelle se mêle l’autorité des auteurs (liasse d’actes des rois de France, des rois d’Angleterre, etc.), mais parfois la description très sommaire : « in alia capsa diversa privilegia antiqua ».

Cette granularité variable se retrouve dans un inventaire établi en 1512, fondé sur les mêmes bases. Dans cet inventaire, on retrouve des cotes sans qu’elles apparaissent comme la marque d’une logique d’inventaire et de classement. Les cotes du XIe siècle, elles, ont une construction plus claire : elles sont en effet topographiques (initiale du doyenné dans lequel le bien concerné par l’acte est placé). Au début du XVIe siècle, cela ne marche pas. Des lettres et marques sans sens au dos des actes ont été copiées comme cote dans cet inventaire. Le concepteur de l’inventaire n’avait pas une idée claire de ce qu’était une cote et, s’il y avait cote à ce moment, elles n’étaient pas signifiantes à cause du désordre des archives. Apparaît alors une catégorie appelée : « communia ». C’est le début de la différenciation entre archives concernant l’ordre, les archives de Cluny en tant que maison (les archives particulières) et les archives issues des principaux prieurés et abbayes. Cette distinction est à la base des phénomènes qui vont suivre.

À la fin du XVIIe siècle, une réorganisation des archives est faite sur la base lointaine de ces évolutions. La période moderne pour Cluny est agitée. Au XVIe siècle, avec les guerres de religion, une partie des archives et de la bibliothèque de l’abbaye est perdue ou endommagée. De plus, Cluny connaît une tourmente institutionnelle du fait de sa réforme (deux observances) et les pouvoirs séculiers ont voulu unir Cluny à d’autres congrégations (telle que celle de Saint-Maur) mais le mouvement ne prend pas. Il faut d’ailleurs rappeler que Richelieu et Mazarin ont été abbés de Cluny. On trouve des traces d’archives spécifiques de l’étroite observance à Saint-Martin-des-Champs, archives distinctes de Cluny. Ce processus et ces conflits internes mènent à une fixation identitaire progressive autour de l’âge d’or de Cluny, c’est-à-dire le XIIe siècle. Ces événements et cette construction ont servi de filtre aux travaux du XVIIIe siècle sur l’histoire de l’abbaye et notamment aux descriptions et recherches dans les fonds de L.-H. Lambert de Barive (avocat qui a travaillé au service du Cabinet des chartres pendant 20 ans dans les archives clunisiennes) : il a une entreprise de documentation de la monarchie, dans une approche à la fois historique et juridique. Contrairement à d’autres collaborateurs du cabinet, Lambert de Barive n’est pas un bénédictin mais un avocat et un feudiste : il travaille pour l’argent et non pour la gloire, mais il travaille bien et de manière précise, même si, parfois, il commet des erreurs (cf. pour un acte qu’il croit être un vrai privilège pontifical).

Il établit la description des archives de Cluny, enregistrées sous le nom de « Grand Trésor ». Cette description est remarquable : les archives sont toujours au même endroit. Elles sont fermées par plusieurs portes avec plusieurs serrures. Chaque clé est détenue par un officier différent. Pour ouvrir les archives, il faut que les clés soient réunies et que les officiers soient tous d’accord. Dom Mabillon, par exemple, s’est plaint d’avoir eu des difficultés à y accéder. Elles sont conservées dans la tour, réparties en trois niveaux (armoire basse ; milieu ; armoire haute). La répartition est topographique avec des irrégularités dues à l’organisation des archives et à l’intérêt de Lambert de Barive lui-même. Par exemple, il ne s’intéresse pas aux comptes, ni aux rapports de visite de l’abbaye de Cluny (alors qu’il s’agit d’une source magnifique d’histoire religieuse, sociale etc.).

Au cours du XVIe siècle, se dessinait, sans être physiquement actée, une distinction entre archives particulières (évoquées à la fin de la description, c’est-à-dire les archives courantes ou intermédiaires, comme les actes servant de titres de propriété, les registres de justice, etc.) et le « Grand Trésor » (les archives historiques de l’Ordre et non la totalité des pièces ayant trait à Cluny). Le Grand Trésor est orienté par la vision historique que Cluny a de soi-même autour de ce « bel âge d’or » (pendant l’abbatiat de Pierre le Vénérable). Ce dépôt est censé documenter cette vision historiographique et cette organisation a, par retour, orienté les recherches de Lambert de Barive (il apparaît clairement que la documentation produite après les XIVe-XVe siècle ne l’intéresse pas). Cette organisation des archives est aussi à l’origine de la structure actuelle des fonds clunisiens qui nous sont parvenus : en effet, lors de la nationalisation de Cluny, les archives et la bibliothèque ont été laissées à l’abandon semble-t-il, d’où des vols et des récupérations de documents, ayant entraîné l’existence de fonds d’origine privée rachetés par la suite par la BNF et d’autres bibliothèques (en Angleterre notamment). Des archives ont été également prises en charge par la municipalité de Cluny, puis reprises par la BNF dans les années 1880, au prétexte que la ville n’était pas compétente pour les conserver (cf. article d’Isabelle Vernus, « Les Monumenta clunisiens : le sort des archives de Cluny au XIXe siècle », dans Cluny après Cluny, reconstructions et commémorations, 1790-2010, Rennes, 2013, p. 169-196). Le phénomène de « monumentalisation » des archives clunisiennes a entraîné voire justifié une appropriation des fonds de Cluny par les institutions centrales (cf. les travaux de Bernard et Bruel). Un exemple de cette captation par les instances centrales en est la destruction A. Bruel (lui-même éditeur des actes de l’abbaye) par voie de compte-rendu d’un inventaire des archives dans la Bibliothèque de l’Ecole des Chartes : ce compte-rendu, incendiaire, a été relié avec l’exemplaire de l’inventaire déposé à la BNF au titre du dépôt légal, ce qui laisse supposer une vraie campagne contre cet inventaire. On trouve enfin quelques bribes d’archives aux archives départementales de Saône-et-Loire à Mâcon, mais contenant plutôt les archives courantes de l’abbaye (terriers, reconnaissances de propriété, inventaires d’archives, pour l’époque moderne en majorité).

Il faut, enfin, rappeler que ces processus importants de réorganisation / restructuration étaient enclenchés, avant même la Révolution française, par les différents acteurs des XVIIe et XVIIIe siècles qui ont beaucoup jeté et laissé pourrir, ce qui a engendré des pertes documentaires.

Il y a eu ainsi des processus de sélection avant 1789, suivi du « sas » archivistique de la Révolution et ces filtres ont amené à la constitution de l’état actuel du fonds, seule base possible des études clunisiennes actuelles. Ce fonds apparaît particulièrement biaisé : dans les archives conservées à la BNF, sont conservés plus d’actes des Xe, XIe et XIIe siècles que pour les époques ultérieures, ce qui est une aberration du point de vue de l’évolution de la production écrite au Moyen Âge et à l’époque moderne. On trouve certes des copies d’autres actes mais elles se trouvent dans les cartulaires ou dans les copies modernes (et alors elles ne concernent pas l’époque moderne). Ces mouvements de conservation / restructuration forment la raison de l’orientation des études clunisiennes autour de la période des Xe-XIIe siècles, suivie par le XIIIe siècle. La fin du Moyen Âge et l’époque moderne sont nettement moins étudiées. Les conceptions archivistiques puis historiographiques qui ont fait des archives clunisiennes un trésor destiné à construire une identité historique ont continué à nous influencer jusqu’à maintenant : les archives clunisiennes constituent une sorte d’écho à peine amoindri des politiques documentaires et mémorielles du passé, dont l’historien du XXIe siècle n’arrive pas à se défaire.

Discussion

Vincent Alleau (VA) : Pourquoi les copies des privilèges en vue de constituer des archives centrales ont-elles été un échec ?

Sébastien Barret (SB) : Selon SB (mais cela est une question encore en débat au sein des spécialistes de Cluny), aux XIIIe/XVe siècles, Cluny n’a cessé de courir après ses institutions : jusqu’au XIIIe siècle, l’ordre de Cluny prend la forme d’une congrégation avec une organisation lâche. A partir du XIIIe siècle, Cluny cherche à resserrer les liens et à hiérarchiser plus efficacement la structure de l’Ordre, plaçant Cluny en haut et les prieurés en bas. Mais ce développement des structures est très complexe, il n’y a pas de pratiques institutionnelles qui auraient permis de bien fonctionner. C’est un ensemble finalement hétérogène avec des maisons avec des pratiques fermes. De plus, toujours selon SB, ils n’ont pas réussi à développer le niveau administratif de la province comme ils le souhaitaient ; et le résultat n’est pas praticable. Il faut cependant relativiser un peu cette image : elle est construite à partir des seules archives centrales, de Cluny, donc la « tête » de l’Ordre. Il faudrait nuancer l’image de maisons clunisiennes dévastées à partir du XIVe siècle, notamment par les archives des prieurés indépendants qui sont conservées dans les dépôts locaux (prieuré de Saint-Martin-des-Champs aux Archives nationales, etc.). La mécanique institutionnelle est peut-être moins huilée que pour d’autres ordres.

Olivier Canteaut (OC) revient sur le caractère tardif des inventaires et sur les traces antérieures. Les cartulaires pouvaient-ils être utilisés comme des inventaires ?

SB : Les clunisiens vivaient bien avec leurs cartulaires sans doute, même si on ne peut pas complètement exclure l’existence d’un inventaire général avant le XVIe siècle (point sur lequel SB demeure cependant sceptique). Devant l’augmentation documentaire, leur première réaction a été de faire de nouveaux cartulaires, puis ils ont dû faire un récolement. Au XVIe siècle, à travers l’inventaire de 1512, ils ont essayé de gérer l’abondance : on trouve ainsi de multiples exemplaires de privilèges pontificaux, dont on a l’impression qu’ils ne savent pas quoi faire. Ils ont en fait une sorte de grenier archivistique qui déborde, d’où la nécessité de maîtriser l’abondance documentaire. De plus, certains ensembles de documents (comme le BNF lat. 1715) ont sous doute été perdus ou mis de côté et donc oubliés pendant des siècles.

OC : Y a-t-il eu à Cluny un inventaire général des archives ?

SB : à la fin du XVIIe siècle..

Anne Conchon (AC) : Il y a eu un processus de différenciation des archives comme on peut le voir avec le statut des communia. Comment s’organisent-elles ?

SB : Il n’y a pas à proprement parler une organisation fixée, mais elles regroupent des documents qui concernent des prieurés et leur rattachement à l’Ordre et à son « chef ». Il s’agit finalement d’un ensemble informel d’actes concernant tout l’ordre.

Isabelle Bretthauer (IB) revient sur l’inventaire de 1512. Les cotes sont-elles valables à l’intérieur d’un contenant, par exemple pour certaines archives princières, on trouve la cote sur la première pièce et plus sur les autres ?

SB : Il existe différents ensembles documentaires qui ont un type de cote propre (cf. actes anglais de Cluny qui ont une cote portant les noms ou les titres inclus dans les actes eux-mêmes).

IB revient sur les archives des prieurés dépendants. A-t-on conservé les archives des prieurés au niveau local ?

SB : Il existe de nombreuses copies d’actes en rapport avec l’Ordre. Les archives des prieurés dépendants sont aux archives départementales correspondantes.

Pierre Chastang (PC)  renvoie à titre de comparaison, aux archives du Mont-Cassin par les travaux menés avec Laurent Feller : on y observe également une pratique de centralisation/décentralisation des archives. PC revient ensuite sur le rapport entre cartulaires et inventaires : l’existence de cartulaires bien faits a-t-elle bloquée le développement d’autres types de documents de gestion des archives ?

SB : oui en effet : les cartulaires conservés sont généralement bien faits avec des tables établies dès la période médiévale, on peut donc très bien retrouver un acte dans un cartulaire. C’est donc une hypothèse plausible. De plus, Cluny a toujours l’air de traîner devant l’innovation : il y a donc une certaine cohérence à ce que les inventaires d’archives soient apparus tardivement.

Yann Potin, « Du trésor intact à la série remaniée ? Transferts, (re)classements et conservation du Trésor des chartes (XVIIe-XIXe siècle) »

Le Trésor des chartes des Archives nationales dispose de richesses considérables, mais souffre de nombreuses limites. La contribution de Yann Potin se propose de faire une visite virtuelle du Trésor des chartes. Quelle est l’ampleur des filtres classificatoires et intellectuels que l’époque moderne et le XIXe siècle ont introduites ? À quoi avons-nous affaire quand on se trouve face au Trésor des Chartes ? Le premier point à prendre en considération est le fait que le Trésor des chartes n’est pas un fonds, mais une collection de titres de la monarchie, dans sa forme la plus classique. On peut le considérer comme le fonds des fonds des Archives nationales : c’est son traitement archivistique qui a fini de faire de cette collection un fonds, surtout avec la construction / constitution des Archives nationales. Le Trésor des Chartes est à la fois le dépôt de fondation pour les Archives nationales à partir de 1792 et un monstre historiographique, d’une prétendue exhaustivité. Il a été utilisé très tôt, notamment par des juristes défendant les droits du roi (cf. pour l’affaire des Templiers ou le procès de Boniface VIII). Il contient des actes qui documentent certes l’histoire domaniale, dynastique, diplomatique mais ce n’est pas un fonds administratif, on n’y trouve presque aucun acte en rapport avec l’administration.

Ce fonds a été l’objet de multiples enjeux de pouvoir et stratégies de contrôle administratif par le Parlement et la Chambre des comptes. En 1582, le procureur général du roi au Parlement parvient à obtenir la « garde » de ce fonds situé à la Sainte-Chapelle, lié à la maison du roi et au collège de chanoines fondé au XIIIe siècle : à cette date, le lieu de conservation du fonds est la seule caractéristique de ce dépôt (jusqu’en 1582, c’est le trésorier de la Sainte Chapelle qui en avait le contrôle indirect). Il faut trois clés pour ouvrir le dépôt, qui représentent la réunion de trois instances garantissant son inaccessibilité (à l’époque moderne, le président de la Chambre des comptes, le trésorier de la Sainte-Chapelle et le Procureur général du roi en Parlement). Un chartrier est un lieu fermé, destiné à être ouvert très rarement. Les trois clés rappellent la Trinité. Ce chartrier royal a bénéficié de la confusion entraînée avec son lieu de conservation et les objets qui s’y trouvaient (couronne d’épines présente dans la sacristie) pour acquérir le statut de « Trésor » avec un caractère sacré. Mais il ne faut pas oublier que la Sainte Chapelle a conservé des documents pendant une très longue période, au-delà même de 1789 (cf. Sébastien Barret, « La tour des archives de l’abbaye de Cluny », dans Les bâtiments d’archives. Livraisons d’histoire de l’architecture et des arts qui s’y rattachent, n° 10, 2005, p. 9-17 et Yann Potin, « Archives en sacristie : le trésor est-il un bâtiment d’archives ? Le cas du « Trésor des chartes » des rois de France, XIIIe-XIXe siècle », ibid.).

Comment se saisir de cette masse documentaire sans s’y perdre ? Il y a plus de 15 000 documents pour le Trésor des chartes, ce qui laisse croire que toutes les informations se trouvent dans ce chartrier. Pour autant, la production de cartulaires et d’inventaires a suppléé à l’accès direct aux originaux, au point que l’on a arrêté de chercher des informations dans le chartrier lui-même. L’autorité des inventaires anciens (XIVe siècle) a conduit à écarter des documents qui ne s’y trouvaient pas. Le Trésor des chartes apparaît donc comme fossilisé dès le XVe siècle, même si un enrichissement s’est fait au cours des XVIIe-XVIIIe siècles par l’arrivée de titres domaniaux provenant d’autres fonds. On observe ainsi une construction en plusieurs temps : au XIVe siècle après la paix de Brétigny et après les États généraux de 1614. Il y a donc une intemporalité du fonds, mais une intemporalité sans cesse en redéfinition.

Du point de vue topographique, le Trésor des Chartes se situe donc dans la Sainte Chapelle, auprès des sacralia du royaume. La salle du Trésor n’est accessible que par la chambre haute, dans laquelle seuls les chanoines et le roi ont le droit de pénétrer. Au XIXe siècle, alors que le bâtiment de la sacristie avait été détruit (en 1783), un escalier extérieur a été imaginé sur le modèle de la Sainte-Chapelle de Vincennes, d’où la naissance d’une polémique voyant dans le Trésor des chartes une extension de la chancellerie (la maison de l’audiencier du sceau se trouvait en effet tout près de la Sainte-Chapelle). Pour Yann Potin, sur la base d’observation archéologique dans la maçonnerie intérieure à la faveur des travaux de restauration récent, il n’y a pas d’escalier extérieur (ce que supposait déjà Henri-François Delaborde en 1897) : même si, parfois, les gardes des sceaux / chanceliers royaux ont pu avoir un certain contrôle sur le Trésor des Chartes (par exemple, l’inventaire de Guillaume de Nogaret), aucun texte ne mentionne que le Trésor des chartes est une extension de la chancellerie. Le Trésor des chartes a-t-il eu un âge administratif ? Il contient les registres de chancellerie (registres factices reliés au XIXe siècle) mais ce ne sont pas des codices « d’enregistrement » (cf. un registre de Charles VII). On y trouve bien des actes à valeur perpétuelle, mais ce ne sont pas des actes administratifs.

Le Trésor des chartes n’a jamais connu de contrôle administratif d’enregistrement des titres de la monarchie française, alors qu’en Angleterre il y a un vrai contrôle sur les titres qui entrent et qui sortent au sein du Trésor de l’Echiquier (cf. les calendars), et ce dès Edouard III : le Trésor des Chartes est sans rapport avec une telle pratique. On a certes fait un inventaire du Trésor des Chartes, mais a posteriori, qui repose sur le fantasme que le Trésor des chartes contient la totalité des actes de la monarchie : à l’époque moderne, de nombreux officiers demandent des copies d’actes, en affirmant qu’ils sont présents dans le Trésor des Chartes (mais, après enquête, ces actes n’y sont pas). Les inventaires des XIVe-XVe siècles et du début du XVIIe siècle ne font pas état de la vie même du Trésor des Chartes : ce sont des inventaires assimilables à ceux de « reliques » (Inventaire du trésor de la Chapelle). Les chartes sont au trésor, ce qui est une pratique administrative courante, mais il n’y a pas d’enregistrement de ces chartes, et cette situation participe d’une sorte de miracle de la redécouverte permanente des droits du roi.

Yann Potin présente ensuite un diagramme (faux, ou plutôt estimatif, comme il s’en excuse) de répartition des actes conservés dans le Trésor des Chartes par règnes. Le Trésor apparaît comme un instrument politique et un chartrier de famille à distance de tout usage administratif. On observe un pic d’actes conservés pour les règnes de Philippe IV, Louis X, Philippe V et Charles IV. L’explication à ce phénomène tient dans l’activité de Guillaume de Nogaret dans la défense des droits du roi, la production d’actes afférente (cf. Sébastien Nadiras) : le pic est en fait du à l’entrée, sous séquestre, dans le Trésor des Chartes des papiers de Guillaume de Nogaret lui-même. Ce cas de saisies / intégration des dossiers de travail ou personnels des chanceliers n’est pas isolé (on trouve le même cas avec les archives de Pierre de la Brosse, à la fin du XIIIe siècle, étudiées par Xavier Hélary) : le Trésor des Chartes est un lieu de séquestre d’État, d’où sa grande hétérogénéité avec la présence de papiers personnels, de traités de négociations (mariages des rois) et de quelques envois volontaires (cf. le traité de la paix de Fribourg envoyé par François Ier). Il n’y a donc pas de logique de constitution du fonds.

Comment pouvons-nous percer l’écran des périodes moderne et contemporaine ? Tout repose sur l’illusion qu’il est intact. L’état actuel du fonds repose sur une double logique : d’abord une reconstitution d’après l’image donnée par Pierre Dupuy dans son inventaire au XVIIe siècle (inventaire qui est, pour YP, en fait, un genre de cartulaire) ; en second lieu, tout ce qui n’y a jamais été inventorié mais qui y avait été associé. La stabilité du lieu jusqu’en 1783 a en effet conduit à des documents d’y rester, sans qu’ils aient un rapport précis avec les archives du Trésor. Les anciens inventaires deviennent alors des autorités pour reconstituer le fonds. Le fonds moderne a dévoré le fonds du Moyen Âge. Et inversement : tout document déposé postérieurement à l’époque du Dupuy a eu tendance à alimenter un genre de « vrac » artificiel, base partielle de ce que l’on nomme depuis le années 1830 le « supplément » du Trésor des chartes.

En quoi le Trésor des chartes est-il un double alibi pour le pouvoir royal (cf. article Y. Potin et O. Guyotjeannin) ? D’une part, le pouvoir royal laisse ainsi croire qu’elle repose sur une continuité domaniale et politique et en effet jusqu’à Louis XVI, la monarchie se conçoit comme paternaliste, domaniale, etc. : le Trésor des chartes devient progressivement la star de la construction domaniale de la France. Il participe au récit national (cf. Jules Michelet, 1833 : « Le Trésor des chartes était comme la France »). Les érudits nationaux et régionaux l’utilisent (cf. les sociétés savantes de province dans les années 1840 ont leur inventaire du Trésor des chartes). Il y a un projet en 1841 de publier intégralement le Trésor des chartes (dans le cadre du Comité des Documents inédits, ancêtre du CTHS), mais il devient en fait une multitude d’éditions propres à une région particulière. Actuellement, avec la numérisation, l’optique n’est pas si fondamentalement différente. Les projets d’édition, ou les catalogues analytiques imprimées des registres (interrompus au règne de Philippe VI) sont fondés sur l’idée que « cela vaut le coup ». Ce qui est discutable, puisque nous pouvons utiliser les copies d’époque moderne conservées dans les archives départementales. Ainsi, le Trésor des Chartes devient un alibi juridique et historique dans la construction de l’histoire nationale.

Si l’on se tient à la première loi sur les archives promulguée sous la Révolution (loi du 7 Messidor an II), le Trésor des Chartes aurait dû intégrer la Bibliothèque nationale. Et, en effet, la clé du Trésor des chartes se trouve finalement à la BNF, avec la collection Dupuy. Cette collection représente en effet une césure, des documents, des pièces justificatives ont été déplacés dans la collection Dupuy, mais aussi dans la collection Godefroy à la bibliothèque de l’Institut (des pièces entières). La collection Dupuy rassemble 900 volumes. De plus, la BNF avait hérité dès la fin de l’Ancien Régime, par le biais d’anciennes « distractions », des plus anciens registres de Philippe-Auguste (sauf le plus ancien qui se trouve à la Vaticane). La mémoire du Trésor des chartes est partagée entre les Archives nationales et la BNF. Pour les Archives nationales, la possession du Trésor des chartes justifie, comme par aimantation la conservation de tous les autres monuments d’Ancien régime, alors que cela n’était pas la visée de la loi en 1794 et que ces pièces devaient intégrer les collections de la BNF (cf. série K, L et M notamment).

La mise en cartulaire du Trésor des chartes par Dupuy repose sur une structure quadruple, mélange des filtres des XVIIe et XIXe siècles. Au XVIIe siècle, on a ainsi distingué entre les gouvernements et les « mélanges » (soit les choses diplomatiques et dynastiques). Au XIXe siècle ensuite, sous la responsabilité de Daunou, les archivistes contribuent à compliquer cet ensemble en ajoutant les « Suppléments », qui sont en fait d’anciennes distractions non réintégrés, ou pire, encore des pièces, vues comme secondaires, et jamais inventoriées. L’ordre de ces « gouvernements », tel qu’il est aujourd’hui, ne correspond pas à l’ordre des Etats généraux de 1789 mais à celui des Etats provinciaux de 1614 : observe ainsi la « congélation » de l’ordre de préséance du XVIIe siècle fondé encore sur l’idée que « le roi doit vivre du sien ». Dupuy mène une épuration des titres fondée sur un alibi fiscal à l’intérieur de l’alibi domanial : c’est par cette idée que Dupuy justifie la restructuration du « fonds » auprès de Molé. L’inventaire de Dupuy, établi avec Godefroy, est une opération longue, qui dure en tout près de 10 ans (jusqu’en 1625). Il s’agit d’un inventaire pièce à pièce, selon un classement topographique, commençant par l’Ile de France, sans lien avec la réalité physique dans l’ordre des 12 gouvernements de 1614. En parallèle, Dupuy construit un instrument de travail, Traitéz touchant les droits du roy. Dupuy n’avait pas l’intention de le publier, c’est son frère qui l’a fait, en 1650 pendant la Fronde, au moment de la révolte contre le roi. Ces Traitéz contiennent un index du Trésor des chartes (mais pas seulement du Trésor) par ordre alphabétique et traitent des droits du roi de France sur toutes les seigneuries et couronnes environnantes (dans l’idée d’une universalité des droits de la monarchie française en Europe). L’index est un véritable instrument de travail pour un usage de gouvernement. Il donne la géographie historique féodale de la France, par la mise en ordre alphabétique des lieux concernés par les actes. On y trouve également des sortes de notices historiques sur les seigneuries détenues par le roi, avec, en marge, les mentions des layettes telles qu’elles sont dans l’inventaire. Tout est fait pour que plus personne n’ait besoin de consulter le Trésor des chartes. Il n’y a que très peu d’actes antérieurs au XIIIe siècle. L’inventaire est un instrument de travail complémentaire du traité. Ce dernier a connu un très grand succès, plus de 80 manuscrits complets ont été diffusés et plusieurs centaines pour les versions incomplètes, aussi bien en France qu’à l’étranger.

Une fois l’index diffusé, que faire de l’inventaire ? C’est un inventaire qui a duré 20 ans avec des phases d’édition (voir la thèse d’Ecole nationale des Chartes de Jérôme Delatour sur les deux frères Dupuy, soutenue en 1996). Dans le dernier volume, se trouve un récolement topographique des archives, avec apparition de la matérialité de l’archivage et des contenants. On trouve ainsi la mention de « sac de titres meslés », contenant des pièces extraites et non remises dans le fonds du Trésor des Chartes. On peut observer une dévotion quasi-religieuse à l’égard de Dupuy, par le maintien de son intitulé sur le carton. Quand c’est dans le noyau on n’y touche pas. Dans le fonds Godefroy de la Bibliothèque de l’Institut, on dispose également d’une sorte de description topographique des salles du Trésor des chartes vers 1630, dans la Sainte Chapelle. La salle de la sacristie est couverte d’armoires, comme pour le château Saint-Ange à Rome. On y trouve des intitulés, mais pas de cotes. La comparaison entre cette description des armoires et l’inventaire montre qu’il y a une absence complète de correspondance entre les deux : cette disjonction topographique est une mise en scène du monde, la mise en forme des titres via des inventaires / cartulaires cherche à dire le droit du roi.

Le Trésor des chartes (soit le nom et pièce de titre de « l’inventaire-cartulaire ») est un livre de bibliothèque d’État. Plusieurs versions circulent qui ne sont pas organisées de la même façon.

Le Trésor des chartes a connu une mise en archive (au sens de mise dans des cartons) tardive. Cependant, comme les archives ont été déposées dans la Sainte Chapelle au moment de sa construction, on observe une réflexion sur l’agencement physique des archives et on place les archives selon une certaine logique : ainsi, la bulle de canonisation de Louis IX est exposée au milieu de la sacristie. Le Trésor des chartes n’a pas bougé jusqu’en 1783, date à laquelle la sacristie est détruite et il faut alors déplacer les archives et organiser le premier « reconditionnement ». On conserve le procès-verbal du déménagement de 1783 (petit cahier de 4 feuillets). On a des détails topographiques que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Dans les années suivantes (1783-1808), le Trésor des chartes est déplacé quatre fois, d’où le mauvais état des sceaux, etc. Les saintes chapelles sont au même moment supprimées (1787). En 1798, on établit un plan du dépôt, dans ce qui est une dépendance de la chapelle dite des Girondins : son titre est révélateur de la notion même de Trésor des Chartes, puisque ce plan s’intitule « plan du … dépôt des archives du Trésor des Chartes » : on voit là une distinction nette entre le Trésor des Chartes et l’ensemble « archives » qui en est distinct. La même année, les Archives nationales récupèrent l’espace de la Sainte Chapelle pour placer les registres du Parlement : le Trésor des Chartes fait alors l’objet de diverses « revendications » par la Bibliothèque nationale, qui la même année lance une vaste campagne de collecte de cartulaires – ecclésiastiques notamment –  à travers tous les fonds départemantaux (plus de 300, base du fonds éponyme, gommé en 1862 par la création d’une numérotation continue des mss. Nal et Naf). Mais la question de l’institution de conservation du Trésor des Chartes reste en suspens : en 1798, le bureau du triage des de titres (parmi lesquels se trouvent de nombreux mauristes) établissent un rapport sur ce point : le Trésor des Chartes est désigné comme « sanctuaire de la politique et de l’administration du gouvernement français ». Le rapport décrit le contenu du Trésor des Chartes : on y trouve alors de tout, des documents de l’époque moderne absents de l’inventaire Dupuy/Godefroy, le sceau de l’Eglise gallicane, des coings de monnaie de Saint Louis, des manuscrits hébreux et tout un bric-à-brac de meubles et de papiers.

Les archivistes des Archives nationales vont essayer de re-thésauriser le Trésor des chartes, d’où le retour à l’inventaire de Dupuy (cf. Dom Joubert à partir de l’an X qui mène cette opération à l’issue d’un nouveau déménagement du Trésor au Louvre). Cela crée un « seconde » Trésor des chartes (on adjoint en effet au fonds inventorié par Dupuy, hormis le « supplément », qui est un dédoublement partiel du trésor, des pièces extraites de tous les fonds ecclésiastiques de l’Île-de-France et de diverses institutions d’ancien régime, soit la base des actuelles séries K, L, M). Si le reconditionnement a bien lieu, on conserve cependant dès que possible les étiquettes de Dupuy. L’inventaire du « nouveau » Trésor des Chartes est repris par dom Joubert, sur une période de dix ans afin de reprendre toutes les mutations depuis l’inventaire de Dupuy. Au XIXe siècle, après Dessalles, et Teulet, Delaborde tente de reprendre le dossier et se rend compte que l’on peut trouver des traces de nombreux remaniements/recotations, etc. avec l’écriture de Dupuy. Il ne s’agit pas des lettres, mais des marques de collationnement.

A travers l’histoire de l’archivage du Trésor des Chartes, on observe le passage du Trésor à la série. Il y a à présent plusieurs fonds factices : la série J, par exemple, suit le classement de 1614 avec le classement selon les 12 gouvernements. Le contenu du Trésor des chartes est le plus archivistique pour le XVIe siècle (notamment par les traités diplomatiques).

Discussion

IB : Yann Potin nous a montré comment déstructurer un fonds pour le restructurer. Dans la série J, on trouve les papiers de Philippe de Valois quand il devient roi de France avec un inventaire classé topographiquement.

YP : pour Philippe de Valois, ce sont des mandements de transferts d’archives (J 167) plus que des inventaires (JJ 268). On trouve un inventaire en JJ (encore plus factices, ce sont les J 1 à 148). Il faut prendre garde à l’effet de réel créé par ces documents. Le Trésor des Chartes est véritablement un fonds hétéroclite, comme on peut le constater avec les papiers de Guillaume de Nogaret signalés plus haut. Souvent les « bordereaux de versement » sont encore avec les layettes, comme pour les layettes Languedoc et Champagne. Par exemple, l’intégration des archives de Champagne au sein du Trésor des Chartes n’a lieu qu’en 1361, avec la paix de Brétigny, soit bien après que le roi de France n’ait acquis le domaine champenois. De même pour le Languedoc, seuls 6 coffres d’archives sont sélectionnés. De même, il faudrait aussi prendre en compte les années 1320-1330 comme des moments particuliers dans la gestion du Trésor des Chartes, car c’est le moment où la Chambre des Comptes arrive à obtenir un premier contrôle sur le fonds (après Pierre d’Etampes). Mais Girard de Montaigu reprend la gestion du Trésor des chartes sous Charles V, c’est une phase de rapprochement avec le personnel de la maison du roi, soit une forme de réappropriation domestique du Trésor, au sens où la Chambre des Comptes voit son accès à ce fonds être limité, avant que le Parlement, avec la dynastie des Budé au XVe siècle tende à en faire un trésor de preuves juridiques. Or il apparaît que le Trésor des chartes a été mieux tenu quand il était sous la tutelle de la Chambre des comptes.

Prochaine séance : lundi 16 janvier 2017 aux Archives nationales (9h30-12h30)

 

Vous trouverez ici le compte-rendu de cette séance : compte-rendu séance 1 Séminaire 2016-2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *