Séminaire Administrer par l’écrit [3] du 22 février 2017 : « Suivre une institution par ses archives : les archives du Châtelet de Paris (XIVe-XVIIIe siècles) »

Julie Claustre, « Projets d’invention et de réinvention des archives aux xive et xve siècles »

Julie Claustre est maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne depuis 2009. Elle a soutenu en 2003 une thèse concernant l’emprisonnement pour dettes en Ile-de-France au bas Moyen Âge. Spécialiste d’histoire économique et sociale des xive-xve siècles, elle s’intéresse aux transactions de dette qui se sont développées au cours du second Moyen Âge, en lien avec les institutions nouvelles mises en place dans les États d’Occident.

L’objectif de cette étude menée sur la documentation réglementaire du Châtelet est ici de comprendre comment et selon quelles modalités le projet d’archivage à la juridiction du prévôt de Paris a pu être pensé puis mis en œuvre. Existe-t-il dans ces documents des indices de projets d’invention ou de réinvention des archives et de l’archivage ? Les sources disponibles sont de plusieurs types : les textes de réglementation de la pratique du Châtelet mais aussi quelques indices dans les différents types de registres produits au sein de la juridiction du Châtelet.

Lire la suite

Journée d’étude (IRHT) 7 juin 2017 : « Ruptures archivistiques : de nouvelles archives pour de nouveaux usages ? (VIIIe-XIXe siècle) »

Journée d’étude

Ruptures archivistiques : de nouvelles archives pour de nouveaux usages ? (VIIIe-XIXe siècle)

(IRHT, Centre Félix-Grat, salle Vielliard, 9h-17h)

Mercredi 7 juin 2017

La journée d’étude « Ruptures archivistiques. De nouvelles archives pour de nouveaux usages ? (VIIIe-XIXe siècle) » vient clore le travail mené dans le cadre du séminaire « Administrer par l’écrit » consacré en 2016-2017 aux « Inventions et réinventions d’archives » (comptes rendus en ligne sur https:///www.admecrit.hypotheses.org). Elle se concentre sur les moments de « rupture archivistique » du haut Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle. Dans cette perspective, il s’agit de distinguer l’ordre des documents de celui des archives, ce qui implique de privilégier les actions désignées par les deuxième et troisième termes de la trilogie désormais classique de Michael Clanchy : « making, keeping, using records ». Cette notion renvoie à des pratiques de conservation matérielle dont les finalités peuvent être différenciées, de la monumentalisation institutionnelle à la mobilisation virtuelle ou réelle d’un arsenal documentaire. 

Lire la suite

Séminaire Administrer par l’écrit [2] du 16 janvier 2017 : « Les archives familiales »

Véronique Lamazou-Duplan, « Les Foix-Béarn-Navarre et leurs archives. Inventaires en question »

Véronique Lamazou-Duplan travaille sur la vie et les archives familiales à la fin du Moyen Âge. Elle a soutenu en 1994 une thèse sur Les oligarchies toulousaines : familles et sociétés (fin XIIIe-mi XVe siècle). Elle a porté le projet sur « Les cartulaires des rois de Navarre » (2008-2011) ; elle a ensuite dirigé et coordonné le programme « Signatures, écritures et pouvoirs autour de Gaston III comte de Foix dit Fébus », qui a abouti à la publication de l’ouvrage : Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus en 2014. Enfin, elle s’est occupée de la direction et de la coordination scientifique du programme « Archives de famille en Péninsule ibérique (fin XIIIe-début XVIIe siècle) » – ARCHIFAM porté par la Casa de Vélasquez. L’idée n’était pas de faire l’histoire des familles, mais de proposer l’étude de la mise en archives et de la constitution des archives familiales, pour savoir comment des documents sont devenus des archives, par le filtre de leur classement, leur sélection, leur transmission. Ces archives ont différents statuts et usages et ont un rôle dans la constitution des identités familiales. La question du rôle des processus de domination reste également à poser dans le cadre de cette étude des archives. (Voir sur le site de la Casa de Velázquez, l’onglet : Programmes achevés (quinquennal 2012-2016), « ARCHIFAM » :

http://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/programmes/ecrits-archives-recits/archifam/archifam/presentation-generale/).

Lire la suite

Séminaire Administrer par l’écrit [1] du 9 décembre 2016 : « Opérations de restructuration dans les archives d’institutions sur le temps long »

Sébastien Barret (UPR 841 IRHT) : « Cluny : des archives au trésor (XIIIe-XVIIIsiècle) »

Cette contribution se propose de donner la perception d’un ensemble archivistique à partir de ce qui en est resté, sachant que notre approche doit être attentive et sensible à un ensemble de biais documentaires et de sélections dont l’historien n’a pas toujours conscience. Ces biais sont donc des problèmes historiographiques sensibles pour nos travaux.

La fourchette chronologique englobe les XIIIe-XVIIIe siècles. À partir du XIIIe siècle, on commence en effet à sentir une « présence » archivistique institutionnelle à Cluny. Toutefois, le problème quand on parle d’archives est d’établir une définition précise. Selon la définition archivistique commune, les archives sont l’ensemble des documents qu’une personne physique ou morale a organiquement créé, du fait de son activité. Dans ce cas, il y a toujours eu des archives à Cluny. Ex. BNF, Bourgogne_77_045 est un acte « pontifical » au dos duquel on trouve des mentions, ce dont on peut conclure qu’il y a de l’archivistique, ou du moins un traitement archivistique. Les plus anciennes marques dorsales clunisiennes sont du XIe siècle, mais il n’y a aucune trace d’organisation propre, ni de trace de procédure pour s’occuper des archives. En bref, il n’y a pas à Cluny d’archives, au sens d’une organisation spécifique. Elles sont construites en lien avec la bibliothèque et le trésor.

Lire la suite