Séminaire Administrer par l’écrit [3] du 16 mars 2016 : Gérer ses affaires par l’écrit

Mélanie Morestin-Dubois, « Les archives privées de Jean Teisseire, marchand du XIVe siècle : une administration de l’écrit, par l’écrit »

Les écrits de Jean Teisseire sont au carrefour des trois thèmes du séminaire : le classement des documents produits et leur transformation en archives ; le contrôle des biens et des hommes ; les pratiques comptables d’un marchand-artisan. Le titre proposé : « Administration de l’écrit, par l’écrit » n’est pas un simple jeu de mots, mais implique un double niveau d’analyse, à savoir la gestion par l’écrit et la gestion des écrits produits (classés / organisés / archivés). Le corpus présenté ici est très important.

Jean Teisseire est un artisan cordier d’Avignon. Fils d’un chanvrier, il ne récupère pas l’atelier de son père, mais est formé chez un patron cordier. Il s’installe à son compte vers 1345-1347. Dès qu’il a été facteur, il a commencé à gérer ses affaires par l’écrit. Comme il endosse très vite de nombreuses activités, il ne peut se passer d’écriture pour les gérer : il est en effet propriétaire foncier, membre du conseil de la ville en tant que syndic vers 1376 et administrateur de l’œuvre de l’hôpital Saint-Bénezet entre 1372-1374. Il utilise pour toutes ces fonctions l’écriture de manière quotidienne.

Lire la suite

Séminaire Administrer par l’écrit [2] du 12 février 2016 : La fabrique et la circulation de l’écrit administratif

Le séminaire « Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne [2] » du 12 février 2016 a été mutualisé avec celui d’« Histoire de Paris au Moyen Âge [4] ».

Olivier Canteaut, « Quand le roi de France écrit à ses sujets. De quelques difficultés matérielles du gouvernement à distance (fin XIIIe-début XIVe siècle) »

Le roi de France gouverne à distance, ce qui produit beaucoup d’écrits, mais peu de circulations, même si le roi et sa cour se déplacent, mais dans une partie très réduite du royaume. La circulation du roi entre ses résidences et les déplacements de la cour ne sont pas vus comme un moyen de gouvernement. Le monarque capétien gouverne par l’intermédiaire des hommes qui font la navette entre la cour et les provinces et par les écrits dont la place est de plus en plus importante. La présente étude porte sur les écrits émis au nom du roi motu proprio et non sur ceux qui sont émis sur requête (un des éléments moteurs de la production de la chancellerie). En cas d’actes émis sur requête, toute la charge repose sur le requérant (dont les taxes de chancellerie) : il obtient l’acte final, à charge pour lui de le faire appliquer. Les actes motu proprio sont à l’initiative du roi, mais il n’est pas aisé pour lui et sa chancellerie s’adresser à des interlocuteurs locaux, parfois lointains et inconnus. Il leur est difficile de connaître tous les destinataires des actes, comme lors des convocations à l’ost au début du XIVe siècle. La chancellerie doit organiser les modalités de convocation, dresser la liste des destinataires et transmettre les actes, trois étapes qui sont autant d’obstacles successifs à franchir.

Lire la suite

Journée d’étude Administrer par l’écrit du mercredi 1er juin 2016 : programme

(IRHT, Centre Félix Grat, salle Vieillard, 9h-17h15)

Programme

9h : Accueil par François Bougard, directeur de l’IRHT

9h15 : Présentation du projet « Administrer par l’écrit » par Pierre Chastang (Dypac) et Laurent Feller (Lamop)

9h30 : Introduction de la journée par Olivier Guyotjeannin (CJM/École nationale des chartes)

1ère session : La gestion des données dans les archives et les bibliothèques, le « big data » au Moyen Âge et à l’époque moderne

10h-10h45 : Olivier Canteaut (CJM/Ecole nationale des chartes), Dominique Stutzmann (IRHT) et Sébastien Hamel (IRHT), « Recherche d’information dans les registres de la chancellerie royale française du XIVe au XXIe siècle : rubriques, tables, regestes et indexation automatique du plein texte »

10h45 : Discussion

11h : Pause

11h15-11h45 : Vincent Denis (IDHES/Université Paris 1), « Gestion et classement des données dans les bureaux des administrations, les collections et les bibliothèques, entre 1750 et 1800 »

11h45 : Discussion

12h-14h : Pause

2e session : Les inventaires, la mise par écrit de l’administration des archives

14h-14h30 : François Bougard (IRHT), « Archives privées du haut Moyen Âge : un inventaire toscan du milieu du VIIIe siècle »

14h30-15h : Laurent Feller (Lamop/Université Paris 1), « L’écriture de l’histoire du Mont-Cassin au XIIe siècle : entre chroniques et documentation pragmatique »

15h : Discussion

15h30 : Pause

3e session : Gérer les archives pour ne pas s’y perdre

15h45-16h15 : Pierre Chastang (Dypac/Université Versailles-Saint-Quentin), « Bertrand Paul, notaire du consulat, usager des archives de Montpellier à la fin du XIVe siècle »

16h15-16h45 : Anne Conchon (IDHES/Université Paris 1), « Classer et répertorier : quelques réflexions sur les archives du Contrôle général »

16h45 : Discussion

17h : Conclusions

Séminaire : Administrer par l’écrit [1] du 11 janvier 2016 : Les comptabilités de cours aux époques médiévales et modernes

Séminaire Administrer par l’écrit [1] du 11 janvier 2016 : « Les comptabilités de cours aux époques médiévales et modernes »

Introduction par Isabelle Bretthauer

Le séminaire « Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne » est issu d’une journée d’étude organisée les 30 et 31 janvier 2015 par le Lamop (Paris I) et Dypac (Université Versailles-Saint-Quentin) sous l’impulsion de Laurent Feller et Pierre Chastang. C’est un projet mutualisé rassemblant des enseignants-chercheurs et des chercheurs du Lamop, du Centre Jean Mabillon (Ecole des chartes), DYPAC, et de l’IRHT, avec le soutien des Archives nationales, qui souhaitent que des doctorants et des étudiants de master se rassemblent autour de travaux sur l’écrit principalement du Nord de la France (Ile-de-France et Paris) avec des comparaisons à partir d’exemples venus d’autres horizons géographiques. Il s’agit de comparer sur le long terme les usages que les gens du Moyen Âge et de l’époque moderne faisaient de l’écrit pour gérer leurs terres et contrôler les hommes. En bref, comment utilisaient-ils les outils scripturaux ? Il s’agit de mettre en évidence l’évolution des outils, la mise en place des documents et de leur typologie. Comment ces documents ont-ils été produits et utilisés ?

Lire la suite

Séminaire Administrer par l’écrit de l’année 2016 : programme

Séance 1 : lundi 11 janvier 2016 : « Les comptabilités de cours aux époques médiévale et moderne » (Archives nationales, salle d’Albâtre, 14h-17h)

  • Bruno Laurioux (DYPAC/UVSQ) : « Entre cour et jardin : les comptes alimentaires des maisons royales, princières et seigneuriales entre XIIe et XVesiècle »
  • Pauline Lemaigre-Gaffier (DYPAC/UVSQ) : « Classer, archiver et engager : les comptes de la Maison du Roi au xviiiesiècle »

Séance 2 : vendredi 12 février 2016 : « La fabrique de l’écrit » (Archives nationales, salle d’Albâtre, 14h-17h) (mutualisé avec le séminaire d’Histoire de Paris de l’IRHT)

  • Olivier Canteaut (Centre Jean-Mabillon/Ecole nationale des Chartes), « Quand le roi de France écrit à ses sujets : écrit et transmission de l’information (fin xiiie – début xive s.) »
  • Anne Jolly (Institut national du patrimoine), « La production comptable des trésoriers et ingénieurs des Ponts-et-Chaussées au xviiiesiècle : quel impact sur la détermination de la politique routière monarchique ? »

Séance 3 : mercredi 16 mars 2016 : « Gérer ses affaires par l’écrit » (Archives nationales, salle d’Albâtre, 14h-17h)

  • Mélanie Morestin-Dubois (LAMOP/Université Paris 1), « Les archives privées de Jean Teisseire, marchand du xivesiècle: une administration de l’écrit, par l’écrit »
  • Julien Villain (IDHES/Université Paris 1) : « Des instruments de contrôle des flux de crédit : les comptabilités des marchands grossistes et des boutiquiers lorrains au xviiie siècle »

Journée d’étude : Mercredi 1er juin 2016 : « Administrer par les archives » (IRHT, Centre Félix Grat, 9h-17h15)

Administrer par l’écrit

Le carnet de recherche qui découle d’un séminaire organisé de manière mutualisée par les Archives nationales, l’École nationale des chartes, le LAMOP (université Paris I), DYPAC (université de Versailles-Saint-Quentin), et l’IRHT a pour objectif de mettre en lumière l’évolution des formes et des usages de l’écrit au cours des XIIIe et XIVe siècles et de comprendre ses prolongements par-delà le Moyen Âge, dans un contexte où l’écrit devient de plus en plus foisonnant. Trois thèmes seront au centre des réflexions. Le premier concerne le classement des écrits produits et leur transformation progressive en documents d’archives. Certaines formes d’organisation sont en effet nécessaires pour faire face à l’augmentation exponentielle des documents et en permettre l’éventuelle réutilisation. Une attention particulière sera également portée sur le contrôle des biens et des hommes par le biais d’écrits qui mettent en scène des structures sociales déjà existantes ; dans le même temps, un tel encadrement n’est pas sans effet sur les biens ainsi gérés et les hommes ainsi gouvernés. Enfin, nous n’oublierons pas que l’administration par l’écrit n’est pas réservée aux autorités et aux institutions qui en émanent : ainsi en va-t-il des pratiques comptables mises en œuvre dans le monde marchand. La systématisation de telles méthodes à l’échelle des individus est un phénomène de la fin du Moyen Âge qu’il convient d’interroger sur le long terme.