Séminaire Administrer par l’écrit [2] du 12 février 2016 : La fabrique et la circulation de l’écrit administratif

Le séminaire « Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne [2] » du 12 février 2016 a été mutualisé avec celui d’« Histoire de Paris au Moyen Âge [4] ».

Olivier Canteaut, « Quand le roi de France écrit à ses sujets. De quelques difficultés matérielles du gouvernement à distance (fin XIIIe-début XIVe siècle) »

Le roi de France gouverne à distance, ce qui produit beaucoup d’écrits, mais peu de circulations, même si le roi et sa cour se déplacent, mais dans une partie très réduite du royaume. La circulation du roi entre ses résidences et les déplacements de la cour ne sont pas vus comme un moyen de gouvernement. Le monarque capétien gouverne par l’intermédiaire des hommes qui font la navette entre la cour et les provinces et par les écrits dont la place est de plus en plus importante. La présente étude porte sur les écrits émis au nom du roi motu proprio et non sur ceux qui sont émis sur requête (un des éléments moteurs de la production de la chancellerie). En cas d’actes émis sur requête, toute la charge repose sur le requérant (dont les taxes de chancellerie) : il obtient l’acte final, à charge pour lui de le faire appliquer. Les actes motu proprio sont à l’initiative du roi, mais il n’est pas aisé pour lui et sa chancellerie s’adresser à des interlocuteurs locaux, parfois lointains et inconnus. Il leur est difficile de connaître tous les destinataires des actes, comme lors des convocations à l’ost au début du XIVe siècle. La chancellerie doit organiser les modalités de convocation, dresser la liste des destinataires et transmettre les actes, trois étapes qui sont autant d’obstacles successifs à franchir.

Lire la suite