Journée d’étude Administrer par les archives [IRHT (Paris)] du 1er juin 2016

Journée d’étude

Administrer par les archives

1er juin 2016

Accueil par François Bougard, directeur de l’Institut de recherche et d’Histoire des textes, qui insiste sur les missions de l’IRHT, notamment l’étude de la transmission écrite de la pensée humaine.

Pierre Chastang (DYPAC) et Laurent Feller (Lamop) : Présentation du projet « Administrer par l’écrit »

« Administrer par l’écrit » est une thématique commune qui a permis de rassembler les chercheurs de plusieurs institutions (Centre Jean Mabillon, DYPAC, IRHT et Lamop) autour d’un projet commun, né de deux journées d’étude organisées les 30 et 31 janvier 2015 par Harmony Dewez, Mathilde Geley, Emmanuelle Portugal et Lucie Tryoen, étudiantes de DYPAC et du Lamop. Lors de ces journées, la parole avait été confiée à des étudiants de Master et aux doctorants de ces deux institutions. De ce point de départ, la réflexion sur l’administration des choses et le gouvernement des hommes a continué et donné naissance à un séminaire mutualisé dont les trois premières séances (qui se sont déroulées aux Archives nationales) ont correspondu à celles des séminaires des institutions concernées. Ce séminaire transpériode a pour objectif de servir de lieu de rencontre et d’échanges pour les étudiants et les chercheurs sur les thématiques abordées. La journée d’étude du 1er juin apparaît ainsi comme le point d’orgue de cette première année et doit servir de bilan pour déterminer comment on administre les patrimoines et comment on contrôle les hommes à travers les archives.

Lire la suite

Séminaire Administrer par l’écrit [2] du 12 février 2016 : La fabrique et la circulation de l’écrit administratif

Le séminaire « Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne [2] » du 12 février 2016 a été mutualisé avec celui d’« Histoire de Paris au Moyen Âge [4] ».

Olivier Canteaut, « Quand le roi de France écrit à ses sujets. De quelques difficultés matérielles du gouvernement à distance (fin XIIIe-début XIVe siècle) »

Le roi de France gouverne à distance, ce qui produit beaucoup d’écrits, mais peu de circulations, même si le roi et sa cour se déplacent, mais dans une partie très réduite du royaume. La circulation du roi entre ses résidences et les déplacements de la cour ne sont pas vus comme un moyen de gouvernement. Le monarque capétien gouverne par l’intermédiaire des hommes qui font la navette entre la cour et les provinces et par les écrits dont la place est de plus en plus importante. La présente étude porte sur les écrits émis au nom du roi motu proprio et non sur ceux qui sont émis sur requête (un des éléments moteurs de la production de la chancellerie). En cas d’actes émis sur requête, toute la charge repose sur le requérant (dont les taxes de chancellerie) : il obtient l’acte final, à charge pour lui de le faire appliquer. Les actes motu proprio sont à l’initiative du roi, mais il n’est pas aisé pour lui et sa chancellerie s’adresser à des interlocuteurs locaux, parfois lointains et inconnus. Il leur est difficile de connaître tous les destinataires des actes, comme lors des convocations à l’ost au début du XIVe siècle. La chancellerie doit organiser les modalités de convocation, dresser la liste des destinataires et transmettre les actes, trois étapes qui sont autant d’obstacles successifs à franchir.

Lire la suite