Journée d’étude Administrer par les archives [IRHT (Paris)] du 1er juin 2016

Journée d’étude

Administrer par les archives

1er juin 2016

Accueil par François Bougard, directeur de l’Institut de recherche et d’Histoire des textes, qui insiste sur les missions de l’IRHT, notamment l’étude de la transmission écrite de la pensée humaine.

Pierre Chastang (DYPAC) et Laurent Feller (Lamop) : Présentation du projet « Administrer par l’écrit »

« Administrer par l’écrit » est une thématique commune qui a permis de rassembler les chercheurs de plusieurs institutions (Centre Jean Mabillon, DYPAC, IRHT et Lamop) autour d’un projet commun, né de deux journées d’étude organisées les 30 et 31 janvier 2015 par Harmony Dewez, Mathilde Geley, Emmanuelle Portugal et Lucie Tryoen, étudiantes de DYPAC et du Lamop. Lors de ces journées, la parole avait été confiée à des étudiants de Master et aux doctorants de ces deux institutions. De ce point de départ, la réflexion sur l’administration des choses et le gouvernement des hommes a continué et donné naissance à un séminaire mutualisé dont les trois premières séances (qui se sont déroulées aux Archives nationales) ont correspondu à celles des séminaires des institutions concernées. Ce séminaire transpériode a pour objectif de servir de lieu de rencontre et d’échanges pour les étudiants et les chercheurs sur les thématiques abordées. La journée d’étude du 1er juin apparaît ainsi comme le point d’orgue de cette première année et doit servir de bilan pour déterminer comment on administre les patrimoines et comment on contrôle les hommes à travers les archives.

Lire la suite

Administrer par l’écrit

Le carnet de recherche qui découle d’un séminaire organisé de manière mutualisée par les Archives nationales, l’École nationale des chartes, le LAMOP (université Paris I), DYPAC (université de Versailles-Saint-Quentin), et l’IRHT a pour objectif de mettre en lumière l’évolution des formes et des usages de l’écrit au cours des XIIIe et XIVe siècles et de comprendre ses prolongements par-delà le Moyen Âge, dans un contexte où l’écrit devient de plus en plus foisonnant. Trois thèmes seront au centre des réflexions. Le premier concerne le classement des écrits produits et leur transformation progressive en documents d’archives. Certaines formes d’organisation sont en effet nécessaires pour faire face à l’augmentation exponentielle des documents et en permettre l’éventuelle réutilisation. Une attention particulière sera également portée sur le contrôle des biens et des hommes par le biais d’écrits qui mettent en scène des structures sociales déjà existantes ; dans le même temps, un tel encadrement n’est pas sans effet sur les biens ainsi gérés et les hommes ainsi gouvernés. Enfin, nous n’oublierons pas que l’administration par l’écrit n’est pas réservée aux autorités et aux institutions qui en émanent : ainsi en va-t-il des pratiques comptables mises en œuvre dans le monde marchand. La systématisation de telles méthodes à l’échelle des individus est un phénomène de la fin du Moyen Âge qu’il convient d’interroger sur le long terme.