Séminaire Administrer par l’écrit [2] du 16 janvier 2017 : « Les archives familiales »

Véronique Lamazou-Duplan, « Les Foix-Béarn-Navarre et leurs archives. Inventaires en question »

Véronique Lamazou-Duplan travaille sur la vie et les archives familiales à la fin du Moyen Âge. Elle a soutenu en 1994 une thèse sur Les oligarchies toulousaines : familles et sociétés (fin XIIIe-mi XVe siècle). Elle a porté le projet sur « Les cartulaires des rois de Navarre » (2008-2011) ; elle a ensuite dirigé et coordonné le programme « Signatures, écritures et pouvoirs autour de Gaston III comte de Foix dit Fébus », qui a abouti à la publication de l’ouvrage : Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus en 2014. Enfin, elle s’est occupée de la direction et de la coordination scientifique du programme « Archives de famille en Péninsule ibérique (fin XIIIe-début XVIIe siècle) » – ARCHIFAM porté par la Casa de Vélasquez. L’idée n’était pas de faire l’histoire des familles, mais de proposer l’étude de la mise en archives et de la constitution des archives familiales, pour savoir comment des documents sont devenus des archives, par le filtre de leur classement, leur sélection, leur transmission. Ces archives ont différents statuts et usages et ont un rôle dans la constitution des identités familiales. La question du rôle des processus de domination reste également à poser dans le cadre de cette étude des archives. (Voir sur le site de la Casa de Velázquez, l’onglet : Programmes achevés (quinquennal 2012-2016), « ARCHIFAM » :

http://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/programmes/ecrits-archives-recits/archifam/archifam/presentation-generale/).

Lire la suite

Séminaire Administrer par l’écrit [1] du 9 décembre 2016 : « Opérations de restructuration dans les archives d’institutions sur le temps long »

Sébastien Barret (UPR 841 IRHT) : « Cluny : des archives au trésor (XIIIe-XVIIIsiècle) »

Cette contribution se propose de donner la perception d’un ensemble archivistique à partir de ce qui en est resté, sachant que notre approche doit être attentive et sensible à un ensemble de biais documentaires et de sélections dont l’historien n’a pas toujours conscience. Ces biais sont donc des problèmes historiographiques sensibles pour nos travaux.

La fourchette chronologique englobe les XIIIe-XVIIIe siècles. À partir du XIIIe siècle, on commence en effet à sentir une « présence » archivistique institutionnelle à Cluny. Toutefois, le problème quand on parle d’archives est d’établir une définition précise. Selon la définition archivistique commune, les archives sont l’ensemble des documents qu’une personne physique ou morale a organiquement créé, du fait de son activité. Dans ce cas, il y a toujours eu des archives à Cluny. Ex. BNF, Bourgogne_77_045 est un acte « pontifical » au dos duquel on trouve des mentions, ce dont on peut conclure qu’il y a de l’archivistique, ou du moins un traitement archivistique. Les plus anciennes marques dorsales clunisiennes sont du XIe siècle, mais il n’y a aucune trace d’organisation propre, ni de trace de procédure pour s’occuper des archives. En bref, il n’y a pas à Cluny d’archives, au sens d’une organisation spécifique. Elles sont construites en lien avec la bibliothèque et le trésor.

Lire la suite

Journée d’étude Administrer par les archives [IRHT (Paris)] du 1er juin 2016

Journée d’étude

Administrer par les archives

1er juin 2016

Accueil par François Bougard, directeur de l’Institut de recherche et d’Histoire des textes, qui insiste sur les missions de l’IRHT, notamment l’étude de la transmission écrite de la pensée humaine.

Pierre Chastang (DYPAC) et Laurent Feller (Lamop) : Présentation du projet « Administrer par l’écrit »

« Administrer par l’écrit » est une thématique commune qui a permis de rassembler les chercheurs de plusieurs institutions (Centre Jean Mabillon, DYPAC, IRHT et Lamop) autour d’un projet commun, né de deux journées d’étude organisées les 30 et 31 janvier 2015 par Harmony Dewez, Mathilde Geley, Emmanuelle Portugal et Lucie Tryoen, étudiantes de DYPAC et du Lamop. Lors de ces journées, la parole avait été confiée à des étudiants de Master et aux doctorants de ces deux institutions. De ce point de départ, la réflexion sur l’administration des choses et le gouvernement des hommes a continué et donné naissance à un séminaire mutualisé dont les trois premières séances (qui se sont déroulées aux Archives nationales) ont correspondu à celles des séminaires des institutions concernées. Ce séminaire transpériode a pour objectif de servir de lieu de rencontre et d’échanges pour les étudiants et les chercheurs sur les thématiques abordées. La journée d’étude du 1er juin apparaît ainsi comme le point d’orgue de cette première année et doit servir de bilan pour déterminer comment on administre les patrimoines et comment on contrôle les hommes à travers les archives.

Lire la suite