Séminaire Administrer par l’écrit [2] du 16 janvier 2017 : « Les archives familiales »

Véronique Lamazou-Duplan, « Les Foix-Béarn-Navarre et leurs archives. Inventaires en question »

Véronique Lamazou-Duplan travaille sur la vie et les archives familiales à la fin du Moyen Âge. Elle a soutenu en 1994 une thèse sur Les oligarchies toulousaines : familles et sociétés (fin XIIIe-mi XVe siècle). Elle a porté le projet sur « Les cartulaires des rois de Navarre » (2008-2011) ; elle a ensuite dirigé et coordonné le programme « Signatures, écritures et pouvoirs autour de Gaston III comte de Foix dit Fébus », qui a abouti à la publication de l’ouvrage : Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus en 2014. Enfin, elle s’est occupée de la direction et de la coordination scientifique du programme « Archives de famille en Péninsule ibérique (fin XIIIe-début XVIIe siècle) » – ARCHIFAM porté par la Casa de Vélasquez. L’idée n’était pas de faire l’histoire des familles, mais de proposer l’étude de la mise en archives et de la constitution des archives familiales, pour savoir comment des documents sont devenus des archives, par le filtre de leur classement, leur sélection, leur transmission. Ces archives ont différents statuts et usages et ont un rôle dans la constitution des identités familiales. La question du rôle des processus de domination reste également à poser dans le cadre de cette étude des archives. (Voir sur le site de la Casa de Velázquez, l’onglet : Programmes achevés (quinquennal 2012-2016), « ARCHIFAM » :

http://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/programmes/ecrits-archives-recits/archifam/archifam/presentation-generale/).

Lire la suite

Séminaire Administrer par l’écrit [1] du 9 décembre 2016 : « Opérations de restructuration dans les archives d’institutions sur le temps long »

Sébastien Barret (UPR 841 IRHT) : « Cluny : des archives au trésor (XIIIe-XVIIIsiècle) »

Cette contribution se propose de donner la perception d’un ensemble archivistique à partir de ce qui en est resté, sachant que notre approche doit être attentive et sensible à un ensemble de biais documentaires et de sélections dont l’historien n’a pas toujours conscience. Ces biais sont donc des problèmes historiographiques sensibles pour nos travaux.

La fourchette chronologique englobe les XIIIe-XVIIIe siècles. À partir du XIIIe siècle, on commence en effet à sentir une « présence » archivistique institutionnelle à Cluny. Toutefois, le problème quand on parle d’archives est d’établir une définition précise. Selon la définition archivistique commune, les archives sont l’ensemble des documents qu’une personne physique ou morale a organiquement créé, du fait de son activité. Dans ce cas, il y a toujours eu des archives à Cluny. Ex. BNF, Bourgogne_77_045 est un acte « pontifical » au dos duquel on trouve des mentions, ce dont on peut conclure qu’il y a de l’archivistique, ou du moins un traitement archivistique. Les plus anciennes marques dorsales clunisiennes sont du XIe siècle, mais il n’y a aucune trace d’organisation propre, ni de trace de procédure pour s’occuper des archives. En bref, il n’y a pas à Cluny d’archives, au sens d’une organisation spécifique. Elles sont construites en lien avec la bibliothèque et le trésor.

Lire la suite

Séminaire Administrer par l’écrit [2] du 12 février 2016 : La fabrique et la circulation de l’écrit administratif

Le séminaire « Administrer par l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne [2] » du 12 février 2016 a été mutualisé avec celui d’« Histoire de Paris au Moyen Âge [4] ».

Olivier Canteaut, « Quand le roi de France écrit à ses sujets. De quelques difficultés matérielles du gouvernement à distance (fin XIIIe-début XIVe siècle) »

Le roi de France gouverne à distance, ce qui produit beaucoup d’écrits, mais peu de circulations, même si le roi et sa cour se déplacent, mais dans une partie très réduite du royaume. La circulation du roi entre ses résidences et les déplacements de la cour ne sont pas vus comme un moyen de gouvernement. Le monarque capétien gouverne par l’intermédiaire des hommes qui font la navette entre la cour et les provinces et par les écrits dont la place est de plus en plus importante. La présente étude porte sur les écrits émis au nom du roi motu proprio et non sur ceux qui sont émis sur requête (un des éléments moteurs de la production de la chancellerie). En cas d’actes émis sur requête, toute la charge repose sur le requérant (dont les taxes de chancellerie) : il obtient l’acte final, à charge pour lui de le faire appliquer. Les actes motu proprio sont à l’initiative du roi, mais il n’est pas aisé pour lui et sa chancellerie s’adresser à des interlocuteurs locaux, parfois lointains et inconnus. Il leur est difficile de connaître tous les destinataires des actes, comme lors des convocations à l’ost au début du XIVe siècle. La chancellerie doit organiser les modalités de convocation, dresser la liste des destinataires et transmettre les actes, trois étapes qui sont autant d’obstacles successifs à franchir.

Lire la suite